Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

AccueilSondage réalisé par Léger : Santé mentale et consommation de substances pendant la pandémie de COVID-19Santé mentale et usage de substances pendant la pandémie de COVID‑19 – rapport sommaire 3 : le revenu, l’emploi et l’accès

La COVID-19 continue de provoquer de graves répercussions sur la santé mentale et l’usage de substances chez la population canadienne, tout en touchant de façon disproportionnée les personnes à faible revenu et celles qui ont perdu leur emploi.  

Un nouveau rapport issu d’une série de sondages, qui ont été menés par la firme Léger et commandés par la Commission de la santé mentale du Canada et le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances, révèle les effets néfastes disproportionnés de la pandémie de la COVID-19 sur les personnes qui disposent d’un faible revenu, qui sont sans emploi ou qui ont récemment perdu leur emploi. Le sondage, mené auprès de plus de 8 500 personnes au Canada, fait également le point sur les répercussions de la pandémie sur les personnes ayant des maladies mentales ou des problèmes de consommation de substances préexistants.

Principales constatations :

  • Les personnes à faible revenu et celles qui sont sans emploi/mises à pied affichent des taux plus élevés d’anxiété, de dépression, de pensées suicidaires et de consommation de substances accrue.
  • Une personne sur quatre ayant un faible revenu ou étant sans emploi/mise à pied a déclaré que sa situation financière constituait un des principaux facteurs de stress liés à la pandémie, contre une personne sur sept dans la population générale.
  • Les personnes à faible revenu et celles qui sont sans emploi/mises à pied sont confrontées à davantage d’obstacles pour accéder à des services de santé mentale et de traitement des dépendances.
  • Les obstacles les plus fréquemment rencontrés sont les contraintes financières, l’absence d’une aide facilement accessible, le manque d’informations sur la manière d’obtenir de l’aide et les endroits réservés à cet effet, ainsi que les longues listes d’attente.