Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter  à 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › La stigmatisation structurelle entourant la maladie mentale et la consommation de substances dans les établissements de soins de santé – Réseautage pour la conception, l’élaboration et la mise en œuvre d’un instrument d’audit

La stigmatisation structurelle entourant la maladie mentale et la consommation de substances dans les établissements de soins de santé – Réseautage pour la conception, l’élaboration et la mise en œuvre d’un instrument d’audit

Du 1er octobre 2019 au 19 mars 2020, l’équipe de recherche sur la stigmatisation structurelle de la Commission de la santé mentale du Canada a exploré la possibilité de mettre au point un instrument d’audit en matière de santé mentale et de dépendances.

Nous avons repensé notre stratégie initiale afin de reformuler et de contextualiser la stigmatisation dans le cadre sur la qualité des soins dans le système de santé, particulièrement en ce qui concerne le pilier de l’équité des soins1.

Pour établir la stigmatisation comme un problème lié à la qualité des soins à l’intérieur des processus actuels de surveillance et de prestation, de nouvelles façons de penser devront être adoptées et un instrument de vérification de la qualité devra être créé.

Synthèse des résultats

  1. Aucun outil ou instrument de mesure actuellement en place
    Aucune agence n’utilise ou ne connaît d’outil ou d’instrument de mesure ciblant précisément la
    stigmatisation structurelle ou l’équité en matière de santé mentale, bien que certains groupes aient un
    mandat d’amélioration et de surveillance de la qualité dans les soins de santé mentale. D’autres agences
    ont élaboré des indicateurs de qualité de la santé mentale qui s’en rapprochent quelque peu. Ces
    indicateurs se classent dans les catégories suivantes :
  1. Principales lacunes dans la surveillance et les paramètres de mesures
  • Le pourcentage des budgets totaux de santé réservé aux services de santé mentale dans les pays développés; l’écart de sept à neuf pour cent (proportion beaucoup plus faible dans les pays en développement);
  • La perception des soins par les patients/clients;
  • Les lacunes dans les politiques et la législation en ce qui concerne l’élimination de l’iniquité structurelle, la parité, les droits relatifs à la qualité;
  • L’absence cachée, implicite ou manifeste d’indicateurs (voir les indicateurs potentiels aux pages 3 et 4);
  • Les lacunes sur le plan de la vérification externe de l’organisation et de la supervision des activités de surveillance; nombre limité de critères d’évaluation de la stigmatisation structurelle (p. ex. les pratiques organisationnelles requises);
  • Le recours à un récit comme stratégie pour favoriser un apprentissage transformationnel et faciliter la sensibilisation des dirigeants à la stigmatisation structurelle et les formations sur le sujet.

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services.

Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel
This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Il est primordial de combattre la stigmatisation dans les soins de santé lorsqu’il s’agit de personnes ayant des problèmes liés à la santé mentale ou à la consommation de substances....

La santé mentale concerne tout le monde, y compris les travailleurs de la santé. Cette vidéo raconte l’histoire d’une personne qui trouve un accès à des services de santé mentale...