Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter  à 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Études de cas pour Enraciner l’espoir – Un regard sur Windsor-Essex (Ontario)

Études de cas pour Enraciner l’espoir – Un regard sur Windsor-Essex (Ontario)

LA COMMUNAUTÉ DE WINDSOR-ESSEX

Le comté d’Essex et Windsor totalisent plus de 420 000 habitants répartis dans sept municipalités. C’est dans la ville de Windsor, qui compte environ 230 000 habitants, qu’est situé le passage frontalier le plus fréquenté entre le Canada et les États-Unis. Elle est aussi la ville la plus diversifiée de l’Ontario à l’extérieur de la région du Grand Toronto.

Sur la base des données disponibles localement et d’une évaluation situationnelle, la Coalition pour la prévention du suicide du comté de Windsor-Essex (CPSCWE) a choisi de se concentrer sur les populations prioritaires suivantes :

  • Les hommes (âgés de 45 à 64 ans)
  • Les jeunes (âgés de 10 à 19 ans, en particulier les filles et les jeunes femmes)
  • Les personnes confrontées à la maladie mentale ou à des problèmes de santé mentale
  • Les personnes qui consomment des substances (p. ex. alcool, opioïdes)
  • Les personnes qui se définissent comme des membres de la communauté 2SLGBTQ+
  • Les personnes qui s’identifient comme membres des Premières Nations, comme Inuits ou comme Métis
  • Les personnes vivant au sein d’un ménage à faible statut socio-économique

RÉPERCUSSIONS SUR LA COMMUNAUTÉ

L’initiative Enraciner l’espoir du comté de Windsor-Essex n’aurait pas pu arriver à un meilleur moment. Le programme a donné lieu à des conversations enrichissantes et opportunes entre les partenaires de la CPSCWE. Comme la plupart des communautés, nous constatons une augmentation sans précédent des visites aux urgences et des hospitalisations liées aux idées suicidaires et à l’automutilation. Pour faire face à ce problème, les organisations membres auront besoin de meilleures stratégies de communication et de collaboration en vue de coordonner leurs ressources et de réduire le nombre de personnes qui en viennent à envisager le suicide et à adopter des comportements suicidaires. Alors que notre communauté et nos organisations cherchent à se relever de la pandémie, le fait de rapprocher nos activités des piliers d’Enraciner l’espoir s’avère un moyen concret et accessible de concevoir de nouvelles activités et de réitérer nos réussites passées.

Lire toutes les études de cas Encrainer l’espoir

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services.

Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel
This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Chaque année, environ 4500 personnes meurent par suicide au Canada. Si les données disponibles permettent d’expliquer les disparités entre les sexes et les groupes d’âge en ce qui concerne les tendances...

La communauté de pratique nationale (CdPN) rassemble les communautés du programme Enraciner l’espoir dans un esprit d’entraide. Elle réunit des représentants des collectivités, des chercheurs, des acteurs régionaux et des...

Enraciner l’espoir est un modèle communautaire qui aide les populations du Canada à réduire l’impact du suicide dans leur contexte local. Le modèle s’appuie sur l’expertise communautaire pour mettre en...