Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter  à 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Examen de deux facteurs psychosociaux dans les soins de longue durée pendant la pandémie de COVID‑19 : document d’information

Examen de deux facteurs psychosociaux dans les soins de longue durée pendant la pandémie de COVID‑19 : document d’information

Questions centrales du document :

  • Quels sont les obstacles, ainsi que les facteurs favorables à l’autogestion de la santé psychologique et à la protection contre la détresse psychologique pour le personnel de soins de longue durée et leurs organisations?
  • Quel a été le contrecoup de la pandémie sur le personnel et les organisations au regard des obstacles et des facteurs favorables relevés?

Les organisations favorisent l’autoprise en charge de la santé psychologique lorsqu’elles encouragent les membres du personnel à prendre soin de leur propre santé et sécurité psychologique. Ce facteur psychosocial peut se traduire notamment par des congés de maladie payés, des temps de pause garantis, des espaces de détente aménagés, des formations rémunérées et occasions d’apprentissage, ou le recours à des remplaçants pour rendre possible les autosoins.

De plus, elles protègent les membres du personnel contre la détresse psychologique en créant un milieu qui leur permet de pratiquer leur métier en toute intégrité, tout en étant épaulés par leurs ordres professionnels, leur employeur et leurs pairs. Citons par exemple la présence de travailleurs et de ressources consacrés au bien-être, la tenue de séances de verbalisation, ainsi que la mise en place de politiques et de protocoles soigneusement définis et appliqués de manière cohérente.

Le soutien à l’autogestion de la santé psychologique et à la protection contre la détresse psychologique repose sur les 13 facteurs psychosociaux recensés dans la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail. Depuis sa publication en 2013, les organisations utilisent la Norme comme guide pour promouvoir la santé mentale et prévenir les préjudices psychologiques au travail.

Ce rapport fait état de considérations relatives aux changements de politiques qui permettraient de mieux soutenir le bien-être psychologique des professionnels de la santé œuvrant dans le secteur des soins de longue durée au Canada.

Ce projet vient compléter une vaste étude nationale portant sur l’ensemble du personnel de la santé et divers types de milieux de travail en santé, intitulée Explorer deux facteurs psychosociaux propres aux travailleurs de la santé : Favoriser l’autosoin en santé psychologique et la protection contre la détresse psychologique au travail : Obstacles et facteurs favorables.

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services.

Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel
This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Découvrez le point de vue d’experts des soins de santé sur la proposition d’inclusivité et de lutte contre la stigmatisation du Cadre de soins de santé mentale de qualité, particulièrement...

L’impact de la COVID-19 et de la crise des surdose sur la santé mentale et la santé liée à l’usage de substances (SMSUS) a creusé l’écart entre les besoins de...