Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter  à 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Santé mentale et usage de substances pendant la pandémie de COVID‑19 : Les idées suicidaires et l’usage de substances

Santé mentale et usage de substances pendant la pandémie de COVID‑19 : Les idées suicidaires et l’usage de substances

La COVID-19 continue à avoir de graves répercussions sur la santé mentale et l’usage de substances

Les personnes qui ont un problème de consommation de substances sont parmi celles qui sont les plus susceptibles de signaler des pensées suicidaires, selon les résultats de notre plus récent sondage Léger. Bien que tout le monde ressente les effets du stress engendré par deux années de pandémie, il est clair que tout le monde n’est pas touché dans la même mesure. Les pensées suicidaires sont aussi plus répandues chez les jeunes, les groupes ethnoracialisés et les personnes sans emploi.

Un cinquième rapport issu d’une série de sondages menés par la firme Léger et commandés par la Commission de la santé mentale du Canada et le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances met en lumière la relation entre l’usage de substances et les idées suicidaires pendant la pandémie. Il met en évidence la résilience des communautés en mettant en vedette une boîte à cannabis et à pharmacie sécuritaire utilisée dans le cadre du projet Enraciner l’espoir à Meadow Lake. Le rapport comprend une enquête menée auprès de plus de 13 000 personnes au Canada et des conclusions intersectionnelles recueillies durant neuf périodes entre octobre 2020 et janvier 2022.

Principales constatations :

  • 7,9 % des personnes sondées ont signalé avoir déjà envisagé sérieusement de se suicider.
  • Environ une personne sur trois ayant des antécédents de problèmes de consommation de substances a signalé avoir eu des pensées suicidaires pendant la pandémie (30,2 % des femmes et 35,7 % des hommes).
  • Environ une personne sur six ayant actuellement des problèmes de consommation de substances a signalé avoir eu des pensées suicidaires pendant la pandémie (17,4 % des femmes et 16,4 % des hommes).
  • Les taux d’idées suicidaires étaient plus élevés chez les jeunes (16,6 %) et les personnes noires (15 %).
  • Les personnes sans emploi, que ce soit avant (15,3 %) ou pendant la pandémie (16,3 %), étaient plus susceptibles de signaler des idées suicidaires que les personnes ayant un emploi (7,9 %).
  • Le taux d’idées suicidaires au cours du dernier mois était plus élevé de mai à septembre 2021, les taux allant jusqu’à 4,9 % dans la population générale. Plus récemment, ce taux a connu une baisse (3,8 % en janvier 2022).
  • Malgré l’augmentation des préoccupations relatives à la santé mentale et à l’usage de substances, l’accès aux services demeure relativement limité.

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services.

Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel
This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Chaque année, environ 4500 personnes meurent par suicide au Canada. Si les données disponibles permettent d’expliquer les disparités entre les sexes et les groupes d’âge en ce qui concerne les tendances...

La communauté de pratique nationale (CdPN) rassemble les communautés du programme Enraciner l’espoir dans un esprit d’entraide. Elle réunit des représentants des collectivités, des chercheurs, des acteurs régionaux et des...

L’impact de la COVID-19 et de la crise des surdose sur la santé mentale et la santé liée à l’usage de substances (SMSUS) a creusé l’écart entre les besoins de...