Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Blogue › Un diagnostic qui ne freinera pas la poursuite de mes rêves

Un diagnostic qui ne freinera pas la poursuite de mes rêves

Je m’appelle Tami.

On m’a diagnostiqué un trouble schizophrénique en 1996. À l’époque, jusqu’à il y a quatre ans, j’éprouvais des difficultés à trouver un emploi stable. Et pour cause, en tant que personne vivant avec la schizophrénie, je n’étais pas perçue comme étant la personne que je suis en réalité, ni considérée pour ce que peux faire. J’ai plutôt l’impression que nous sommes perçus d’emblée comme étant des incapables et des personnes dangereuses. Et pourtant, je suis une épouse et une mère, et je suis maintenant travailleuse autonome. J’ai enfin trouvé ma voie! 

Je souhaite aider les personnes dans la même situation que moi à reprendre espoir lorsqu’on leur annonce qu’elles ont un trouble mental. Souvent, on nous oriente vers le bénévolat et on nous conseille de ne pas travailler, vu que, selon les normes sociales, les personnes aux prises avec une maladie mentale ne méritent vraisemblablement pas de travailler ni de gagner de l’argent. La famille de mon mari lui a dit de se séparer de moi au début de notre mariage parce que je n’étais qu’une bénévole. Certaines organisations me promettaient un travail rémunéré, mais finissaient toujours par me pousser à faire du bénévolat. Ces promesses d’un emploi rémunéré n’étaient en fait que des promesses mensongères. Cette situation, ainsi que la pression exercée par la famille, m’a amenée à être admise à l’hôpital.

Il existe un moyen de s’en sortir. Maintenant.

À l’époque, je n’avais aucun espoir, mais maintenant, oui. Peu à peu, la société a commencé à accepter la maladie mentale. Nous pouvons nous exprimer, et être entendus et reconnus comme des personnes compétentes.

J’ai commencé à conduire un véhicule Uber il y a quatre ans et j’ai maintenant l’impression de contribuer à la société. Ma famille me respecte et mon mari est fier de moi! 

Par ailleurs, j’ai inventé un bracelet de l’humeur. Il change de couleur lorsque les changements de température corporelle indiquent de l’anxiété ou une déprime; ainsi, la personne qui le porte le fait claquer sur la peau, et arrive ainsi à vaincre son anxiété ou sa déprime. Il s’agit d’une méthode pavlovienne.   L’anxiété est associée à une couleur et pour se calmer, on fait claquer le bracelet. En plus, c’est une distraction. Les mots « STOP SNAP BREATHE » apparaissent sur le bracelet, ce qui veut essentiellement dire de s’arrêter, de claquer le bracelet puis de respirer.

J’ai également écrit un livre qui sera publié sous peu et qui a pour titre « Put me in a box: how I learned to be crazy ». Il s’agit d’un récit franc et cru de mon cheminement avec l’anorexie à l’adolescence et, plus tard, de mon combat contre la schizophrénie.    

Vous aussi, vous pouvez réaliser vos rêves!

https://www.amazon.com/Put-Me-Box-learned-Crazy/dp/B093WMPR5G

Pour en savoir plus sur le bracelet de l’humeur, consultez : york-peer-support-canada.myshopify.com 

Par Tami Stransky-Afriat

Avertissement

Le contenu de nos blogues n’est pas destiné comme substitution à une opinion médicale, professionnelle, à un diagnostic ou à un traitement. Demandez toujours conseil à votre fournisseur de soins de santé si vous avez des questions concernant votre santé mentale.Si vous êtes en état de détresse, communiquer avec le centre d’aide le plus proche de chez vous. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Please indicate if training is for an individual or for a group?
Hidden
Hidden
Hidden
Hidden