Si vous êtes en état de détresse, veuillez appeler ou texter le 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Étude de cas pour Enraciner l’espoir – Innovation/Flexibilité

Étude de cas pour Enraciner l’espoir – Innovation/Flexibilité

Principe directeur de l’innovation : Expérimenter, évaluer et faire circuler des idées créatives et innovantes en vue de faire progresser les efforts de prévention du suicide à l’échelle mondiale.

Principe directeur de la flexibilité : Si la normalisation est importante pour comparer les communautés ou suivre les progrès réalisés au fil du temps, il convient de sélectionner des interventions pouvant être adaptées aux communautés visées par leur application.

Bien que les principes directeurs doivent être considérés comme un tout (pour assurer la cohérence et une approche normalisée, et ainsi permettre des comparaisons entre les communautés au fil du temps), chaque principe individuel propose des aspects essentiels à la conception et à la mise en œuvre de l’initiative locale d’une communauté.

Le principe directeur de l’innovation consiste à encourager les équipes à tenter des expériences « sécuritaires en cas d’échec » qui contribuent à concevoir des approches inédites en matière de prévention du suicide.

Le principe directeur de flexibilité incite les chefs de projet et les partenaires communautaires à utiliser une approche fondée sur des données probantes, laquelle permet d’adapter et de tester les meilleures façons de personnaliser les stratégies en fonction des réalités propres à la communauté locale.

Les chefs de projet ont relevé quatre grands thèmes liés à ces deux principes :

  1. Instaurer les conditions propices à l’innovation. Les chefs de projet jouent un rôle majeur dans la création des conditions propices aux idées novatrices.
  2. Reconnaître que l’innovation et l’exécution des programmes sont deux choses distinctes. Créer une nouveauté est très différent de la mise en œuvre d’un programme ou d’une approche qui a fait ses preuves. L’innovation comporte plus de risques, et peu d’entre nous ont de l’expérience en la matière.
  3. Semer plusieurs graines. Comme il existe rarement une solution universelle à la question de la prévention du suicide, il faut expérimenter différentes options et en tirer des leçons.
  4. Faire preuve de souplesse. Il existe souvent plusieurs chemins pour atteindre le résultat souhaité. Si un chemin est barré, il faut chercher d’autres passages.

Cette étude de cas explore la manière dont les chefs de projet ont intégré ces deux principes et offre un aperçu de leurs avantages et de leurs limites.

Lire toutes les études de case Enraciner l’espoir

Joignez-vous à la conversation #EnracinerEspoir

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services.

Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel
This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Le modèle Enraciner l’espoir s’appuie sur l’expertise communautaire pour mettre en œuvre des initiatives de prévention du suicide et de promotion de la vie fondées sur cinq piliers d’action et...

Au Canada, on estime que 1,6 million d’enfants et d’adolescents vivent avec un problème de santé mentale diagnostiqué. La pandémie de COVID-19 a entraîné de lourdes répercussions économiques et sociales...

Chaque année, environ 4500 personnes meurent par suicide au Canada. Si les données disponibles permettent d’expliquer les disparités entre les sexes et les groupes d’âge en ce qui concerne les tendances...