Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter  à 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

AccueilCentre des médias › La Commission de la santé mentale du Canada remporte un Prix de dévouement décerné aux entreprises pour ses efforts de promotion de la santé et de la sécurité psychologiques au travail

La Commission de la santé mentale du Canada remporte un Prix de dévouement décerné aux entreprises pour ses efforts de promotion de la santé et de la sécurité psychologiques au travail

Ottawa, ON – Aujourd’hui, la Commission de la santé mentale du Canada a eu l’honneur de recevoir le Prix de dévouement du Conseil canadien des normes décerné aux entreprises pour avoir élaboré et mis de l’avant la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail (la Norme). Ce prix reconnaît la contribution faite par une organisation à l’appui des activités de normalisation à l’échelle nationale et internationale. 

Première mondiale, la Norme est une initiative d’application volontaire qui propose une série de mesures, d’outils et de ressources qui visent la promotion de la santé mentale des employés et la prévention des préjudices psychologiques susceptibles d’être causés par des facteurs liés au travail.  Elle offre une approche systématique et durable en matière de santé et de sécurité psychologiques, dans le même ordre d’idées que la gestion de la santé et de la sécurité physiques.

« La création de la Norme est l’une des réalisations les plus révolutionnaires de la CSMC, affirme Louise Bradley, sa présidente-directrice générale. L’intérêt qu’elle a suscité est tout à fait remarquable. J’espère que ce prix viendra accélérer son adoption par un plus grand nombre d’organisations. »

La CSMC a donné plus de 120 exposés et ateliers au sujet de la Norme au Canada et à l’étranger, produit une série d’outils, de publications et de webinaires gratuits, en plus de mettre sur pied des communautés de pratique formelles et informelles dans des domaines précis afin de partager les connaissances et les ressources d’un bout à l’autre du Canada. Par ailleurs, la CSMC a travaillé avec le Groupe CSA et le Bureau de normalisation du Québec, ses collaborateurs d’origine pour la création de la Norme, afin de présenter une proposition sur le développement de normes internationales.

La Norme a été téléchargée plus de 30 000 fois depuis son lancement en janvier 2013.  Le printemps prochain, un rapport sera publié afin de rendre compte d’un projet de recherche sous forme d’étude de cas auquel participent 40 organisations qui sont en voie d’appliquer la Norme

« La santé mentale au travail pose des défis de taille, tant sur le plan humain qu’économique, explique Mme Bradley. Cela dit, nous avons des outils et des ressources efficaces pour les relever. »

Entrevue avec Louise Bradley au sujet de la santé mentale au travail.


FAITS EN BREF :

  • Un rapport intérimaire sur l’étude de cas a été publié en 2015. Il montrait que les organisations participantes avaient atteint 65 % des éléments indiqués dans la Norme ainsi que des résultats impressionnants. 
  • L’hôpital Toronto East General, qui est devenu l’hôpital Michael Garrron, a connu une baisse de 7 % des coûts de santé au cours des 4 dernières années ainsi qu’une diminution de l’absentéisme, qui est passé de 10 jours en 2008 à moins de 7 jours en 2014.
  • En 2011, 21,4 % de la population en âge de travailler (20 à 64 ans) était aux prises avec une maladie ou un problème de santé mentale, la prévalence atteignant un sommet chez les jeunes de 20 à 29 ans.
  • Les maladies et les problèmes de santé mentale coûtent plus de 50 milliards de dollars par année à l’économie canadienne.
  • Les maladies et les problèmes de santé mentale sont à l’origine d’environ 30 % des demandes d’invalidité de courte et de longue durée et sont l’une des principales causes d’invalidité en importance pour plus de 80 % des employeurs au Canada.

À PROPOS DE LA COMMISSION DE LA SANTÉ MENTALE DU CANADA

La Commission se veut un moteur du changement. Elle collabore avec des centaines de partenaires pour changer l’attitude de la population canadienne à l’égard des problèmes de santé mentale et pour améliorer les services et le soutien. Elle entend aider les personnes confrontées à un problème de santé mentale à mener une vie productive et enrichissante. Ensemble, nous suscitons le changement. La Commission de la santé mentale du Canada est financée par Santé Canada.

 www.commissionsantementale.ca | http:// stratégie.commissionsantémentale.ca

LE CONSEIL CANADIEN DES NORMES (CCN)

Le Conseil canadien des normes (CCN) est une société d’État fédérale dont le mandat est d’encourager une normalisation efficiente et efficace qui contribue à une économie canadienne robuste et innovante et à la qualité de vie des citoyens canadiens. Le CCN accrédite les organismes d’élaboration de normes et d’évaluation de la conformité, et coordonne la participation du Canada à l’élaboration des normes internationales au sein d’organismes comme l’ISO et l’IEC. Tous les deux ans, le CCN décerne les prix nationaux du Canada en normalisation. Ces prix visent à souligner le dévouement de personnes, d’organismes et de comités qui consacrent leur temps et leur expertise au réseau national de normalisation du Canada.

Personne-ressource pour les médias :

Hélène Côté, conseillère principale, marketing et communications
Commission de la santé mentale du Canada
Bureau : 613.683.3952
Cellulaire : 613.857.0840
hcote@commissionsantementale.ca

PARTAGEZ CETTE PAGE

Nous joindre
Renseignements généraux:

350, rue Albert, bureau 1210
Ottawa (Ontario) Canada K1R 1A4
Tél : 613.683.3755
Téléc : 613.798.2989

Courriel : infocsmc@commissionsantementale.ca

Les médias sont invités à communiquer avec :

Tél : 613.683.3748
Courriel : media@commissionsantementale.ca

La Commission de la santé mentale du Canada se veut être un moteur du changement. Elle est un organisme conçu pour proposer des recommandations qui amélioreront le réseau de la santé mentale à l’échelle nationale. La Commission n’intervient pas directement pour faire valoir les droits d’individus en particulier, elle n’offre pas de services de proximité ni n’assure la prestation d’autres services ou de ressources locales.