Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter  à 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Études de cas pour Enraciner l’espoir – Un regard sur Hamilton (Ontario)

Études de cas pour Enraciner l’espoir – Un regard sur Hamilton (Ontario)

LA COMMUNAUTÉ DE HAMILTON

La ville de Hamilton, située à l’extrémité ouest du lac Ontario entre Niagara Falls et Toronto, est la neuvième ville en importance du Canada, avec une population de 767 000 habitants (en 2020). Si l’économie locale a traditionnellement été portée par les industries de la sidérurgie et de la fabrication lourde, elle s’est réorientée au cours de la dernière décennie vers le secteur des services et les sciences de la santé.

Hamilton regorge de services. Elle est dotée de deux grands systèmes hospitaliers : Les Sciences de la santé de Hamilton (HHS) et le centre de santé St. Joseph’s de Hamilton (SJHH). Le HHS comprend six hôpitaux uniques en leur genre et un centre de cancérologie. Le SJHH, qui comprend les établissements de Charlton, West 5th et King Street, est le principal fournisseur de services psychiatriques et de lutte contre les dépendances pour adultes de la ville, incluant des services hospitaliers, ambulatoires et communautaires. Hamilton compte également une multitude d’organismes communautaires qui soutiennent ou fournissent des services de santé mentale aux enfants, aux jeunes et aux adultes. L’Université McMaster, le Collège Mohawk et l’Université Redeemer forment un grand nombre de professionnels de la santé et de la communauté pour la ville et ses environs.

Sur la base des groupes démographiques et de facteurs statistiques, notre initiative de prévention du suicide Enraciner l’espoir a désigné les hommes et les jeunes en âge transitoire comme deux populations prioritaires à soutenir. Le taux de suicide plus élevé chez les hommes âgés de 50 à 59 ans et les niveaux comparatifs élevés de problèmes de santé mentale et de maladies chez les jeunes et les jeunes adultes (âgés de 20 à 29 ans) nous ont menés à ce choix.

Les responsables de notre programme, le Suicide Prevention Community Council of Hamilton (SPCCH) et l’Association canadienne pour la santé mentale Hamilton (ACSM Hamilton), partagent le souhait que notre travail soit ancré dans un modèle communautaire de prévention du suicide coordonné et fondé sur des données probantes. Dans cette optique, nous cherchons à nous appuyer sur l’expertise communautaire en place et à nous inspirer des pratiques exemplaires.

RÉPERCUSSIONS SUR LA COMMUNAUTÉ

Les progrès réalisés en matière de formation des sentinelles de services pendant la pandémie ont contribué à modifier le contexte culturel, permettant notamment de favoriser la prise de parole sur le suicide et de faciliter la recherche d’aide. Après avoir suivi la formation Start de LivingWorks, chacun des participants était soit « tout à fait d’accord », soit « d’accord » avec les affirmations suivantes :

  • Je suis prêt à discuter avec une personne qui pense au suicide.
  • Je suis en mesure de reconnaître les signes indiquant que quelqu’un pense au suicide.
  • Je connais la marche à suivre et les endroits où obtenir de l’aide pour une personne qui pense au suicide.
  • J’ai confiance en ma capacité à aider une personne qui pense au suicide.

D’autres formations communautaires de PSSM, safeTALK et ASIST ont permis d’élargir les réseaux de formation et de promouvoir la sensibilisation à la prévention du suicide.

La communauté bénéficie d’une initiative ciblée sur la sécurité entourant les moyens de suicide, qui comprend une formation et une infographie complète sur les soins de santé mentale et de soutien en cas de crise. Le personnel des organismes communautaires est en mesure de faire connaître ces ressources et de lancer des discussions saines avec les clients au sujet de la création de milieux sécuritaires.

D’importantes priorités de recherche ont été mises de l’avant, notamment l’approche BIC et le programme Emotions Matter. Notre analyse contextuelle actualisée comprend aussi des données épidémiologiques et issues de formation qui appuient le travail de nos projets piliers.

En vue de dégager un consensus sur les projets visant à soutenir la santé mentale des jeunes, notre projet Bâtir des ponts pour soutenir les jeunes en transition a fait appel à des organisations jeunesse et des fournisseurs de services. Ce travail est en cours et s’appuiera sur l’engagement des jeunes.

De plus, l’ACSM de Hamilton et le SPCCH ont mis de l’avant la promotion de la vie en organisant de nombreuses séances de sensibilisation, permettant d’offrir un soutien mental pendant la pandémie et par la suite.

À l’occasion de la Journée mondiale de prévention du suicide, des séances de formation des sentinelles ont été organisées, de même qu’un événement de mobilisation communautaire – une cérémonie de libération de papillons et de commémoration – destiné à favoriser la participation des membres de la communauté et à faire valoir le concept fondamental selon lequel la prévention du suicide est la responsabilité de chacun.

Lire toutes les études de cas Encrainer l’espoir

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services.

Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel
This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Chaque année, environ 4500 personnes meurent par suicide au Canada. Si les données disponibles permettent d’expliquer les disparités entre les sexes et les groupes d’âge en ce qui concerne les tendances...

La communauté de pratique nationale (CdPN) rassemble les communautés du programme Enraciner l’espoir dans un esprit d’entraide. Elle réunit des représentants des collectivités, des chercheurs, des acteurs régionaux et des...

Enraciner l’espoir est un modèle communautaire qui aide les populations du Canada à réduire l’impact du suicide dans leur contexte local. Le modèle s’appuie sur l’expertise communautaire pour mettre en...