Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter  à 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

AccueilCentre des médias › Le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances et la Commission de la santé mentale du Canada soulignent l’importance de saines stratégies d’adaptation à l’heure de la COVID-19

Le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances et la Commission de la santé mentale du Canada soulignent l’importance de saines stratégies d’adaptation à l’heure de la COVID-19

Du Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances et la Commission de la santé mentale du Canada

Le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances (CCDUS) et la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) ont élaboré deux fiches de conseils conviviales pour aider la population canadienne à reconnaître le stress et l’anxiété, et à composer avec ceux-ci à l’heure de la COVID-19. Ces ressources, élaborées pour les travailleurs de la santé et le grand public par les experts en la matière du CCDUS et de la CSMC respectivement, proposent des mesures simples et positives à ceux qui pourraient se tourner vers l’usage de substances en l’absence de leurs exutoires habituels.

« Nous sommes fiers d’unir nos forces en ce moment critique afin de fournir des ressources et des conseils à la population canadienne qui pourrait consommer davantage de substances et subir plus de dommages en raison de niveaux accrus de stress, d’anxiété et d’isolement à l’heure de la COVID-19, » a affirmé Rita Notarandrea, première dirigeante du CCDUS. « Nous avons collaboré dans le cadre de cette importante initiative afin de fournir à tous l’information requise à un moment où chacun fait de son mieux pour composer avec ces circonstances sans précédent. »

« Nous reconnaissons qu’avant même l’apparition de la COVID-19, 40 % des médecins affirmaient déjà souffrir d’épuisement professionnel, et ce, à des stades avancés. En tant qu’ancienne infirmière, je sais à quel point il peut difficile de trouver un équilibre entre les besoins des autres et notre propre bien-être, » a indiqué la présidente et directrice générale de la CSMC, Louise Bradley.

« Les travailleurs de la santé d’aujourd’hui tentent d’atteindre cet équilibre dans des circonstances extrêmement ardues; la découverte de saines stratégies d’adaptation au stress est donc plus importante que jamais. Même si ces conseils ne sont nullement exhaustifs, nous espérons qu’ils contribueront à une sensibilisation accrue à de saines alternatives à l’usage de substances, et ce, dans tous les milieux de soins de santé au pays. »

Liens connexes :

Auteurs :
Chandni Sondagar, MSP, courtière du savoir, Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances (CCDUS)
Les domaines d’expertise de Chandni comprennent la santé publique, l’immunisation, l’application des connaissances et la promotion de la santé.

Cara Kane, M.Ed., courtière du savoir, Commission de la santé mentale du Canada (CSMC)
Les domaines d’expertise de Cara comprennent la santé mentale et l’usage de substances, la réduction des méfaits et l’application des connaissances

Contact
Relations avec les médias
Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances
343-803-7750 / media@ccsa.ca

Relations médiatiques
Commission de la santé mentale du Canada
613-683-3748 / media@commissionsantementale.ca

Restez branchés
Suivez la CSMC sur Facebook
Suivez la CSMC sur Twitter
Suivez la CSMC sur LinkedIn
Suivez la CSMC sur Instagram
Abonnez-vous à la CSMC sur YouTube

PARTAGEZ CETTE PAGE

Nous joindre
Renseignements généraux:

350, rue Albert, bureau 1210
Ottawa (Ontario) Canada K1R 1A4
Tél : 613.683.3755
Téléc : 613.798.2989

Courriel : infocsmc@commissionsantementale.ca

Les médias sont invités à communiquer avec :

Tél : 613.683.3748
Courriel : media@commissionsantementale.ca

La Commission de la santé mentale du Canada se veut être un moteur du changement. Elle est un organisme conçu pour proposer des recommandations qui amélioreront le réseau de la santé mentale à l’échelle nationale. La Commission n’intervient pas directement pour faire valoir les droits d’individus en particulier, elle n’offre pas de services de proximité ni n’assure la prestation d’autres services ou de ressources locales.