Si vous êtes en état de détresse, veuillez appeler ou texter le 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Au carrefour de la consommation d’opioïdes et du suicide : À la rencontre des gens là où ils ont besoin de nous

Au carrefour de la consommation d’opioïdes et du suicide : À la rencontre des gens là où ils ont besoin de nous

La consommation d’opioïdes et le suicide ont plusieurs facteurs de risque en commun – et les mêmes facteurs de protection.

S’y attaquer peut contribuer à prévenir les suicides et à réduire les effets néfastes causés par la consommation d’opioïdes.

Les faits

  • Les consommateurs d’opioïdes sont 75 % plus susceptibles d’élaborer des plans suicidaires et deux fois plus à risque de faire une tentative de suicide.
  • En 2017, au Canada, 31 % des hospitalisations pour intoxication aux opioïdes résultaient de blessures auto-infligées, y compris de tentatives de suicide.
  • Les adultes aux prises avec un trouble lié à l’usage des opioïdes sont 13 fois plus susceptibles de décéder par suicide que la population générale.
  • En 2015, les Ontariens de 45 à 55 ans étaient les plus susceptibles d’être hospitalisés pour une intoxication intentionnelle aux opioïdes.
  • Entre 2013 et 2017, les hospitalisations attribuables à une intoxication aux opioïdes au Canada ont augmenté de 48 % chez les hommes et de 10 % chez les femmes.

Que pouvons-nous faire?

  • Des mesures de dépistage du suicide devraient être prises avant de prescrire des opioïdes et durant le traitement d’une dépendance.
  • La formation de conseillers en prévention du suicide et en soins traumatologiques peut réduire le risque de décès par intoxication aux opioïdes.
  • Déterminer les populations courant un plus grand risque de suicide et de consommation d’opioïdes peut aider à cibler les interventions et à élaborer des programmes de prévention.
  • Décloisonner les soins de santé mentale et le traitement de la toxicomanie contribuerait grandement aux efforts de prévention du suicide et de réduction des méfaits liés aux opioïdes.
  • Les initiatives holistiques qui reflètent les déterminants sociaux de la santé sont celles qui conviendraient le mieux aux Canadiens.
  • La sensibilisation des fournisseurs à la stigmatisation et à la résilience pourrait aider à réduire l’usure de compassion et à créer des espaces de soins de santé plus sécuritaires.

Facteurs de risque et de protection communs

Quand on parle de suicide et de consommation d’opioïdes, il faut tenir compte des conditions de vie des gens et de la façon d’obtenir de meilleurs résultats en abordant le sujet des traumatismes, des expériences négatives vécues durant l’enfance, des facteurs socioéconomiques, de la douleur chronique et de la discrimination.

Nous devons aussi faire tomber les barrières entre les soins de santé mentale et le traitement des dépendances, qui empêchent souvent les personnes d’être traitées dans un domaine si elles obtiennent de l’aide de l’autre.

Un cercle montre l'interconnexion de la discrimination, des troubles de santé mentale, du soutien social, des traumatismes, des événements négatifs vécu durant l'enfance, des troubles de l’usage d’une substance, de la douleur chronique et du statut socio-économique.

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services.

Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel
This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Le modèle Enraciner l’espoir s’appuie sur l’expertise communautaire pour mettre en œuvre des initiatives de prévention du suicide et de promotion de la vie fondées sur cinq piliers d’action et...

Au Canada, on estime que 1,6 million d’enfants et d’adolescents vivent avec un problème de santé mentale diagnostiqué. La pandémie de COVID-19 a entraîné de lourdes répercussions économiques et sociales...

Chaque année, environ 4500 personnes meurent par suicide au Canada. Si les données disponibles permettent d’expliquer les disparités entre les sexes et les groupes d’âge en ce qui concerne les tendances...