Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Fiche d’information – Directives pancanadiennes en faveur d’un système de prestation de services pour les proches aidants d’adultes ayant une maladie mentale

Fiche d’information – Directives pancanadiennes en faveur d’un système de prestation de services pour les proches aidants d’adultes ayant une maladie mentale

Les proches aidants exercent un rôle distinctif et important en offrant leur soutien à des personnes atteintes d’une maladie mentale, en agissant en leur nom et en contribuant à leur rétablissement.

Toutefois, la nature imprévisible de nombreuses maladies mentales, leur longévité, les barrières historiques à la participation de la famille dans le système de santé mentale ainsi que la stigmatisation associée encore et toujours à la maladie mentale sont des facteurs susceptibles de mettre en péril la santé même des proches aidants.

Les répercussions émotives, physiques, financières et sociales de la prestation de soins à un proche, quand cette fonction n’est pas valorisée à sa juste mesure ni soutenue, peuvent être dévastatrices.

Lorsque la situation entraine un stress chronique chez les proches aidants, comme c’est souvent le cas, les aidants deviennent eux aussi des « victimes » de la maladie mentale.

Les Directives pancanadiennes en faveur d’un système de prestation de services pour les proches aidants d’adultes ayant une maladie mentale renferment 41 recommandations destinées à améliorer la capacité des aidants à offrir les meilleurs soins possible à leur proche atteint d’une maladie mentale tout en préservant leur propre bien-être.

Les Directives reposent sur les principes fondamentaux que voici :

  • L’aidant soutenu dans sa tâche est en mesure de favoriser le rétablissement de la personne dont il s’occupe, contribue à améliorer la qualité de vie de celle-ci et encourage sa participation à la vie en société sur tous les plans.
  • Le soutien suffisant peut atténuer le stress que génère la prestation de soins à un proche. Par contre, l’absence de soutien a des effets néfastes sur l’aidant, mettant en péril sa capacité à prendre soin du proche ainsi que sa santé et son bien-être.
  • Les soins et le soutien non rémunérés offerts par les proches aidants constituent un contribution majeure au système de santé et de services sociaux à qui ces soins et ce soutien coûteraient très cher s’il avait à les offrir.

Supervisé par le Comité consultatif sur les aidants membres de la famille de la Commission de la santé mentale du Canada, le projet d’élaboration des directives s’inscrit dans le droit fil de la mission du comité consistant « à participer à la création de conditions favorables à une vie pleine et enrichissante pour les personnes atteintes d’une maladie mentale, leur famille et leurs amis qui, dans bien des cas, forment leur principal réseau de soutien. »

Par ces Directives destinées aux planificateurs de systèmes, aux responsables des orientations politiques et aux pourvoyeurs de services, la Commission souhaite promouvoir la planification, la mise en œuvre et l’évaluation de services de santé mentale adaptés aux besoins particuliers des proches aidants.

Pour offrir les meilleurs soins possible à l’adulte de la famille aux prises avec une maladie mentale tout en préservant leur bien-être, les proches aidants ont besoin en général de :

  • savoir que leur proche obtient les soins appropriés et a accès aux services et au soutien qui optimisera sa qualité de vie,
  • se voir valoriser par les pourvoyeurs de services de santé mentale dans leurs relations avec la personne dont ils s’occupent et dans leur prestation de soins à celle-ci, et de participer activement à l’évaluation de son état et à la planification du traitement,
  • obtenir de l’information et du soutien en temps opportun en provenance de pourvoyeurs de services de santé mentale avisés, notamment en ce qui a trait à l’amélioration de leur capacité d’adaptation, de telle sorte qu’ils puissent prendre soin efficacement de leur proche,
  • voir leurs besoins personnels pris en compte et comblés afin de préserver leur propre santé et leur équilibre émotionnel.

Formulaire de rétroaction

Salut! Merci d’avoir consulté cette ressource. Nous serions ravis que vous partagiez un peu plus d’informations sur vous-même et sur la façon dont vous êtes arrivé ici (Quel type d’informations recherchiez-vous ? Cette ressource vous a-t-elle aidé ?). Cela nous aidera à créer un meilleur contenu à l’avenir. Merci!

Veuillez noter que:

  • La participation à la présente enquête est volontaire.
  • Les renseignements recueillis seront uniquement et exclusivement utilisés par la Commission de la santé mentale du Canada afin d’améliorer la qualité de ses documents.
Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel

Avis de non-responsabilité

Vos commentaires seront uniquement utilisés à des fins de rétroaction. Merci pour votre participation à notre programme de rétroaction.

This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Venez en apprendre sur la vision et les expériences personnelles des membres du Réseau de soins de santé mentale de qualité, codirigé par la Commission de la santé mentale du...

Le projet de Réseau de mise en oeuvre d’une politique de psychothérapie a été créé dans le cadre d’un accord de contribution de deux ans entre Santé Canada et la...

Les maladies chroniques physiques coexistent souvent avec des maladies mentales et des problèmes de santé mentale. Afin d’explorer davantage les liens qui les unissent, nous avons élaboré plusieurs ressources en...