Si vous êtes en état de détresse, veuillez appeler ou texter le 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › L’intimidation et le suicide – Fiche d’information

L’intimidation et le suicide – Fiche d’information

Qu’est-ce que c’est?

L’intimidation entraîne des effets néfastes sur le plan psychologique, émotionnel et comportemental. Les jeunes qui la vivent peuvent finir par croire qu’ils ne s’en sortiront jamais (Wade et Beran, 2011).

L’intimidation est associée à plusieurs précurseurs d’idées suicidaires (Hinduja et Patchin, 2010) :

  • la dépression et le désespoir
  • une faible estime de soi
  • la solitude et l’isolement
  • la colère et la frustration
  • un sentiment d’humiliation
  • la honte
  • un traumatisme

Lorsque l’intimidation s’accompagne d’autres facteurs de risque, elle entraîne souvent des idées suicidaires (Hinduja et Patchin, 2010; Olson, 2012; Holt et coll., 2015).

Quelques facteurs de risque pour les idées suicidaires :

  • l’intimidation
  • les abus sexuels
  • les sévices corporels
  • la toxicomanie
  • la dépression

Sur un font orange clair, un texte en orange foncé, « 85% des actes d’intimidation se déroulent en présence d’autres personnes ». La citation est Craig et Pepler, 1997. Autant les personnes qui subissent de l’intimidation que les celles qui la pratiquent courent un risque plus élevé de suicide. Les jeunes qui jouent à la fois les rôles de bourreau et de victime sont les plus à risque de se suicider (Holt et coll., 2015; Suicide Prevention Resource Center, s.d.).

En raison de cette relation étroite entre l’intimidation et le suicide, la mise sur pied de programmes de prévention et d’intervention en matière d’intimidation est essentielle (van Geel et coll., 2014).

Types d’intimidation

INTIMIDATION VERBALE

  • sarcasme
  • menaces
  • commentaires négatifs, insultants ou humiliants
  • commentaires à caractère sexuel non sollicités

INTIMIDATION SOCIALE

  • propagation de rumeurs sur une personne ou atteinte à sa réputation
  • exclusion d’un groupe
  • gestes publics d’humiliation, graffitis dégradants
  • tort causé aux liens d’amitié d’une personne

INTIMIDATION PHYSIQUE

  • agression physique intentionnelle envers une personne
  • destruction ou vol d’effets personnels
  • contacts sexuels non sollicités

CYBERINTIMIDATIONSur un fond gris clair, un texte en gris foncé, « Les victimes de cyberintimidation sont deux fois plus susceptibles de se suicider ». La citation est Hinduja et Patchin, 2010.

  • Utilisation de communications électroniques (p. ex. sur Internet, dans les réseaux sociaux ou par messagerie texte) pour :
    • intimider
    • dénigrer
    • répandre des rumeurs
    • se moquer d’une personne
    • diffuser des images ou des renseignements confidentiels ou embarrassants au sujet d’une personne sans son autorisation (Alberta Human Services, 2015).

Tendre la main

Quoi faire lorsqu’un jeune est intimidé, en détresse émotionnelle ou suicidaire

CONSEILS AUX ADULTES – LORSQU’UN JEUNE EST VICTIME D’INTIMIDATION :

  • Offrez-lui du réconfort et du soutien; dites-lui qu’il est en sécurité.
  • Demandez à la personne responsable du groupe où l’intimidation se produit de surveiller la situation.
  • Prenez les dispositions nécessaires pour veiller à la sécurité de la victime, en assurant la présence d’un adulte ou d’un jeune plus âgé près de l’endroit où l’intimidation a lieu.
  • Aidez-le à retrouver confiance et à rebâtir son estime de soi et encouragez-le à communiquer (Alberta Human Services, 2015).

CONSEILS AUX ADULTES – LORSQU’UN LA VICTIME D’INTIMIDATION EST SUICIDAIRE :

  • Demandez-lui sans détour s’il songe à se suicider.
  • Si sa réponse est oui, mettez-le immédiatement en lien avec des services de soutien. Téléphonez au centre de crise de votre région et mettez-le en lien avec le jeune suicidaire.
  • Si le jeune vous annonce qu’il a un plan pour mettre fin à ses jours, composez le 9-1-1 (Centre for Suicide Prevention, 2015).

CONSEILS AUX JEUNES :

  • Si vous êtes témoin d’un geste d’intimidation, déterminez l’intervention la plus sécuritaire et agissez. Vous pourriez ordonner à l’intimidateur d’arrêter, offrir de l’aide à la victime et demander de l’aide à un adulte.
  • Si vous êtes victime d’intimidation, tenez tête à votre intimidateur en affichant de la confiance, en le regardant dans les yeux, en adoptant un ton calme mais ferme, exigez que l’intimidation prenne fin, puis éloignez-vous.
  • Demandez l’aide d’un adulte. Ne gardez pas en secret l’intimidation que vous vivez (PREVNet.ca, s.d.).

Ressources

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services.

Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel
This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Le modèle Enraciner l’espoir s’appuie sur l’expertise communautaire pour mettre en œuvre des initiatives de prévention du suicide et de promotion de la vie fondées sur cinq piliers d’action et...

Au Canada, on estime que 1,6 million d’enfants et d’adolescents vivent avec un problème de santé mentale diagnostiqué. La pandémie de COVID-19 a entraîné de lourdes répercussions économiques et sociales...

Chaque année, environ 4500 personnes meurent par suicide au Canada. Si les données disponibles permettent d’expliquer les disparités entre les sexes et les groupes d’âge en ce qui concerne les tendances...