Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › La stigmatisation structurelle des personnes ayant des problèmes de santé mentale et de consommation de substances dans les établissements de soins de santé – Analyse documentaire

La stigmatisation structurelle des personnes ayant des problèmes de santé mentale et de consommation de substances dans les établissements de soins de santé – Analyse documentaire

Les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale et de consommation de substances ont besoin d’un accès rapide à des soins de santé de qualité. Parfois, ils reçoivent ces soins, mais souvent, ce n’est pas le cas. Des obstacles de taille se dressent devant les personnes ayant un vécu expérientiel qui cherchent à obtenir des soins, et bon nombre de ces difficultés sont accentuées par la stigmatisation. Et lorsque les personnes ayant des problèmes de santé mentale et de consommation de substances obtiennent des soins, elles sont plus susceptibles que les autres de recevoir des services de santé de moindre qualité.

Les problèmes systématiques d’accès aux services et d’obtention de soins de santé de qualité compromettent gravement la santé et le bien-être des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale et de consommation de substances. Cette expérience accroît aussi la probabilité qu’elles acquièrent d’autres affections, que leurs maladies demeurent non traitées et qu’elles vivent d’autres crises liées à leur santé. Elle réduit également leur espérance de vie; en effet, les personnes ayant un vécu expérientiel meurent de 10 à 25 ans plus tôt que celles qui ne connaissent pas ces problèmes.

Le système de santé est constamment cité comme un facteur contribuant considérablement aux disparités en matière de santé chez les personnes ayant des problèmes de santé mentale et de consommation de substances. Des chercheurs ont illustré de quelle manière le système de santé participe à l’apparition de la stigmatisation structurelle, c’est-à-dire les processus par lesquels il génère des inégalités et des injustices pour les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale et de consommation de substances. Les politiques des établissements de soins et les pratiques des professionnels de la santé peuvent systématiquement priver ces personnes de leur droit à des services de santé de qualité.

Le présent rapport est le fruit d’un examen des études et de la littérature concernant la stigmatisation structurelle dans le domaine des soins de santé, notamment ses répercussions sur les personnes ayant des problèmes de santé mentale et de consommation de substances, ses manifestations dans le système de santé et les moyens de la réduire.

Dans l’ensemble, la littérature sur la stigmatisation structurelle dans les établissements de soins de santé se concentre sur deux principaux aspects : l’accès et la qualité. La stigmatisation structurelle se manifeste lorsque les politiques et les pratiques donnent lieu à un accès inéquitable aux soins de santé pour les personnes vivant avec des problèmes de santé mentale et de consommation de substances. Cet accès est restreint de plusieurs façons : par la distribution inéquitable des ressources, le sous-traitement des problèmes de santé, le refus des services et les soins fragmentés. La stigmatisation structurelle prend également la forme de services d’une qualité systématiquement inférieure offerts à certaines personnes. Enfin, les attitudes négatives et les mauvaises pratiques des fournisseurs de soins, les interactions et les expériences indésirables dans les services de santé et le recours excessif à des approches coercitives ou paternalistes sont autant de sérieux problèmes compromettant la qualité des services.

Une stratégie globale de lutte contre la stigmatisation structurelle entourant les personnes ayant un vécu expérientiel dans le domaine de la santé devra comporter une combinaison d’approches visant à (1) améliorer les attitudes et les pratiques des professionnels de la santé et d’autres intervenants (p. ex. les stagiaires, les décideurs), (2) raffermir l’intégration et la coordination des soins, (3) atteindre la parité au chapitre des problèmes de santé mentale et de consommation de substances, (4) élargir l’accès à des traitements efficaces, (5) établir des mécanismes de surveillance de la stigmatisation structurelle, (6) favoriser l’inclusion et la participation des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale et de consommation de substances et (7) raffermir et faire respecter les mesures de protection des personnes ayant un vécu expérientiel.

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services. En guise de remerciement, vous serez automatiquement inscrit à un concours qui pourrait vous permettre de gagner un prix en argent ou un chèque-cadeau. *

Veuillez noter que:

  • La participation à la présente enquête est volontaire.
  • Les renseignements recueillis seront uniquement et exclusivement utilisés par la Commission de la santé mentale du Canada afin d’améliorer la qualité de ses documents.
Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel

* MINI RÈGLEMENT DU CONCOURS SUR LE SONDAGE

Aucun achat n’est requis. Le concours est ouvert aux résidents du Canada qui sont âgés de 13 ans ou plus, et qui ont reçu une invitation à répondre au sondage [PSSM / EAT et EAT-PI / Outil de connaissance] de la Commission de la santé mentale du Canada, et à participer au concours. Le concours commence le 3 octobre, 2022 à 0 h, HE, et prend fin le 15 mars 2023 à 23 h 59 min, HE. Il y a 6 prix disponibles à gagner. (i) 1 prix de 500 $ à gagner, consistant en un certificat cadeau d’un détaillant en ligne; et (ii) 5 prix de 50 $ à gagner, consistant chacun en un certificat cadeau d’un détaillant en ligne. La limite permise est d’une (1) participation par personne et par courriel. Les chances de gagner dépendent du nombre de participations admissibles. Le concours inclura obligatoirement une question d’évaluation des compétences en mathématiques. Pour accéder à l’entièreté du règlement et aux détails de participation, rendez-vous à

This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Cette courte vidéo animée raconte l’histoire de notre investissement dans 14 projets de recherche communautaire qui visent à combler les lacunes dans la connaissance de la relation entre le cannabis et...

Les problèmes de santé mentale et d’usage de substances sont restés préoccupants dans toutes les provinces. La Commission de la santé mentale du Canada et le Centre canadien sur les...

Jes est une navigatrice communautaire pour la réduction des méfaits et une travailleuse de soutien par les pairs. Elle aide les personnes ayant un savoir expérientiel passé et présent en...