Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › L’agriculture et le suicide – Fiche d’information

L’agriculture et le suicide – Fiche d’information

L’agriculture et l’élevage sont considérés comme deux des métiers les plus stressants, autant physiquement que mentalement. Des facteurs uniques associés au travail agricole pourraient conduire à de piètres résultats sur le plan de la santé mentale et même au suicide. Les producteurs (cultivateurs et éleveurs) du Canada sont particulièrement susceptibles de vivre des problèmes de santé mentale comme la dépression et l’anxiété et pourraient être moins résilients en raison des agents stressants qui pèsent sur eux (Jones-Bitton et coll., 2020). Alors qu’une large part des études sur la résilience sont axées sur les agriculteurs en particulier, certains facteurs concernent les producteurs.

Pourquoi les agriculteurs sont-ils à risque?
Divers facteurs peuvent augmenter le risque de suicide chez une personne, et lorsque de multiples facteurs de risque pèsent plus lourd que les facteurs favorisant la résilience, il est plus probable que la personne envisage le suicide (Sharam et coll., 2021).

  • Incertitude financière. Les agriculteurs doivent composer avec l’incertitude financière causée par des facteurs hors de leur contrôle pouvant occasionner un stress considérable. Ils dépendent d’une météo favorable pour obtenir une récolte lucrative, ont parfois des dettes liées au coût d’exploitation élevé de leur ferme et sont exposés à des facteurs économiques comme les tarifs douaniers et les accords commerciaux.
  • Obstacles aux services de santé mentale. Parce que les agriculteurs vivent souvent dans des régions rurales et éloignées comptant une faible population, leur accès aux services de santé mentale est souvent limité. Bien que les technologies émergentes et la télésanté puissent aplanir certains obstacles (Rojas et coll., 2020), plus de la moitié des producteurs canadiens ne sont pas branchés à l’Internet haute vitesse, ce qui compromet l’accès aux services en ligne (Innovation, Sciences et Développement économique Canada, 2019). De plus, même lorsqu’ils ont accès à des soins de santé mentale, les producteurs sont parfois réticents à demander de l’aide. Non seulement ce geste est-il stigmatisé dans les communautés agricoles parce qu’il est souvent associé à la faiblesse, mais les gens pourraient aussi craindre pour leur confidentialité dans un milieu peu populeux où leur conseiller psychologique pourrait aussi être leur voisin.
  • Isolement. Le travail agricole est souvent effectué de façon isolée. Les communautés rurales et éloignées ont beau être petites et soudées, leur population est faible, de sorte qu’elles disposent de ressources de soutien plus limitées. Si l’autonomie et l’autosuffisance plaisent à certains producteurs, l’isolement pourrait également leur donner le sentiment d’être seuls à connaître des difficultés sur le plan de la santé mentale. Les personnes qui se sentent isolées ou déprimées doivent savoir qu’elles ne sont pas obligées d’éprouver ces sentiments. De l’aide est disponible pour ells.
  • Séparation floue entre le travail et la vie personnelle. Puisqu’ils vivent souvent sur leur lieu de travail, les agriculteurs peuvent avoir l’impression de toujours devoir travailler. Ils pourraient aussi sentir l’obligation de travailler dès l’instant où le temps est favorable. Il peut être difficile pour eux de décompresser et de relaxer en raison de ces facteurs. En outre, comme de nombreuses exploitations agricoles sont des entreprises familiales, la dynamique familiale, l’écart entre les générations et le transfert des exploitations agricoles peuvent exacerber les tensions entre leur vie professionnelle et personnelle.
  • Facilité d’accès aux armes à feu. Les cultivateurs et les éleveurs ont souvent facilement accès à des armes à feu, qui sont le moyen de suicide le plus létal. (Arnautovska et coll., 2014; Morgan et coll., 2016; Jones-Bitton et coll., 2020)

Formulaire de rétroaction

Salut! Merci d’avoir consulté cette ressource. Nous serions ravis que vous partagiez un peu plus d’informations sur vous-même et sur la façon dont vous êtes arrivé ici (Quel type d’informations recherchiez-vous ? Cette ressource vous a-t-elle aidé ?). Cela nous aidera à créer un meilleur contenu à l’avenir. Merci!

Veuillez noter que:

  • La participation à la présente enquête est volontaire.
  • Les renseignements recueillis seront uniquement et exclusivement utilisés par la Commission de la santé mentale du Canada afin d’améliorer la qualité de ses documents.
Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel

Avis de non-responsabilité

Vos commentaires seront uniquement utilisés à des fins de rétroaction. Merci pour votre participation à notre programme de rétroaction.

This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Des 4 000 décès par suicide estimés au Canada chaque année, 75 % sont des hommes. Au Canada, le suicide est la deuxième cause de décès en importance chez les...

Les personnes de 65 ans et plus, particulièrement les hommes, présentent un risque élevé de suicide. La génération des baby-boomers, qui forme le plus important groupe démographique du Canada, se...

La COVID-19 continue à avoir de graves répercussions sur la santé mentale et l’usage de substances Les personnes qui ont un problème de consommation de substances sont parmi celles qui...