Si vous êtes en état de détresse, veuillez appeler ou texter le 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Les aînés et le suicide – Fiche d’information

Les aînés et le suicide – Fiche d’information

Les personnes de 65 ans et plus, particulièrement les hommes, présentent un risque élevé de suicide. La génération des baby-boomers, qui forme le plus important groupe démographique du Canada, se rapproche de la tranche d’âge des 65 ans et plus; cela signifie que le nombre de suicides chez ce groupe pourrait augmenter au cours des prochaines années (Coalition canadienne pour la santé mentale des personnes âgées [CCSMPA], 2009; Van Orden et Deming, 2017).

Pourquoi les aînés sont-ils à risque?

Certains facteurs exposent les personnes âgées au risque de suicide, pourraient nuire à leur santé mentale et éventuellement donner lieu à des idées suicidaires :

  • Expériences de différents deuils, comme la perte de sa santé, d’êtres chers, de sa mobilité physique et de son indépendance
  • Changements majeurs dans la vie, tels que la retraite, le changement de statut financier, la transition vers des établissements de soins
  • Diminution des relations et des liens significatifs, puisque les êtres chers sont décédés; par ailleurs, les aînés sont plus susceptibles de vivre seuls
  •  Sentiment d’être un fardeau pour ses proches;
  • Maladie chronique et douleur (Joiner, 2005; Jahn et Cukrowicz, 2011; Heisel et Links, 2005)

Qu’est-ce qui peut contribuer à réduire les risques?

  • Bonne santé physique et mentale
  • Relations d’entraide solides avec les amis et la famille
  • Être disposé et en mesure de demander de l’aide au besoin
  • Mener une vie enrichissante dotée d’objectifs à atteindre
  • Ne pas avoir accès à des moyens de s’enlever la vie tels que des armes à feu ou des médicaments potentiellement mortels (Heisel et Duberstein, 2016; Lapierre et coll., 2016; Marty et coll., 2010; Van Orden

Signes précurseurs

Les signes avant-coureurs chez les personnes âgées peuvent être difficiles à cerner, car certains changements de comportement peuvent se présenter simplement en raison du vieillissement. Par exemple, si quelqu’un sort moins souvent voir ses amis, il se pourrait que cela soit perçu comme de l’isolement, alors qu’en réalité, la personne peut souffrir de problèmes de mobilité.

Que pouvons-nous faire pour réduire le risque de suicide chez les aînés?

Si vous connaissez quelqu’un qui présente des signes avant-coureurs de suicide, discutez ouvertement avec lui, sans porter de jugement.

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services.

Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel
This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Le modèle Enraciner l’espoir s’appuie sur l’expertise communautaire pour mettre en œuvre des initiatives de prévention du suicide et de promotion de la vie fondées sur cinq piliers d’action et...

Au Canada, on estime que 1,6 million d’enfants et d’adolescents vivent avec un problème de santé mentale diagnostiqué. La pandémie de COVID-19 a entraîné de lourdes répercussions économiques et sociales...

Chaque année, environ 4500 personnes meurent par suicide au Canada. Si les données disponibles permettent d’expliquer les disparités entre les sexes et les groupes d’âge en ce qui concerne les tendances...