Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Lignes directrices relatives à la planification et à la prestation de services complets de santé mentale pour les aînés canadiens

Lignes directrices relatives à la planification et à la prestation de services complets de santé mentale pour les aînés canadiens

OBJECTIF DES LIGNES DIRECTRICES

Les présentes lignes directrices ont été conçues à l’intention des planificateurs de systèmes, gouvernements, décideurs et gestionnaires de programmes pour les aider à planifier, concevoir et appliquer un système de santé mentale pour les aînés qui soit complet, intégré ainsi que fondé sur des principes et des données probantes. Un tel système est en effet plus susceptible de pouvoir répondre aux besoins variés des personnes âgées, d’être plus efficace et de réduire tant les lacunes que les chevauchements sur le plan des services.

Ce document porte uniquement sur les services destinés aux personnes de 65 ans et plus, même si certains adultes de 50 à 65 ans peuvent également bénéficier de l’expertise des services de gérontopsychiatrie en raison d’un vieillissement prématuré dû à des problèmes de santé complexes, multiples et chroniques (comme c’est le cas chez les personnes ayant connu des épisodes d’itinérance), ou à l’apparition précoce de la maladie d’Alzheimer (avec certaines maladies neurologiques ou troubles du développement intellectuel). Étant donné les besoins particuliers de ces groupes d’adultes et le fait que le système de prestation de services actuellement offert ou prévu pour les aînés ne peut répondre adéquatement à ces besoins, nous espérons que les planificateurs de services prévoirons aussi des services appropriés pour ces adultes qui vieillissent prématurément.

D’autre part, même si les présentes lignes directrices peuvent servir de ressource aux pourvoyeurs de services souhaitant innover dans leur pratique personnelle ou s’engager dans la transformation du système de santé, ells ne constituent pas un guide de soins cliniques. Quant aux recommandations formulées, elles sont conformes aux normes d’Agrément Canada en matière de santé mentale.

Par ailleurs, le modèle détaillé et intégré proposé ici vise à répondre aux besoins des aînés ayant un problème de santé mentale ainsi qu’à ceux qui sont à risque d’en développer un. Dans ce document, les maladies mentales incluent la maladie d’Alzheimer et les autres démences associées au vieillissement, les maladies mentales graves et persistantes aggravées par le vieillissement ainsi que les maladies mentales qui apparaissent pour la première fois après l’âge de 65 ans.

Les lignes directrices ont été conçues pour appuyer l’élaboration de la Stratégie en matière de santé mentale de la Commission de la santé mentale du Canada et sont en harmonie avec les objectifs de cette dernière afin que tous les Canadiens puissent atteindre le meilleur état de santé mentale et de bien-être possible. Voici ces objectifs tels qu’ils sont décrits dans le document Vers le rétablissement et le bien-être : Cadre pour une stratégie en matière de santé mentale au Canada publié en 2009 :

  • Les personnes de tout âge vivant avec des troubles mentaux ou une maladie mentale sont activement engagées et appuyées dans leur processus de rétablissement et d’atteinte du bien-être.
  • La promotion de la santé mentale est favorisée et les troubles mentaux ainsi que les maladies mentales sont évités lorsque c’est possible.
  • Le système de santé mentale répond aux besoins variés de toutes les personnes qui vivent au Canada.
  • Le rôle des familles dans la promotion du bien-être et la prestation de soins est reconnu, et leurs besoins sont pris en compte.
  • Les personnes ont un accès équitable et opportun à des programmes, des services, des traitements et des formes de soutien appropriés, efficaces et véritablement intégrés qui tiennent compte de leurs besoins.
  • Les mesures prises sont fondées sur diverses sources de connaissances et de données probantes, les résultats sont mesurés et la recherche progresse.
  • Les personnes vivant avec des troubles mentaux ou une maladie mentale sont entièrement intégrées à titre de membres de la société.

Ces objectifs ont été établis par l’entremise d’une vaste consultation menée auprès de Canadiens ayant un vécu de la maladie mentale, de leurs familles et de leurs aidants ainsi que de pourvoyeurs de services et de planificateurs.

Résumé des recommandations

Ce document contient des recommandations détaillées, assorties de données à l’appui.

Voici un court résumé des recommandations les plus importantes.

  1. Les planificateurs du futur système de santé mentale doivent reconnaître la diversité caractéristique du groupe des aînés et bien comprendre le contexte et les ressources locales. Ils doivent également être prêts à envisager la nécessité de modifier les pratiques et les relations établies afin d’obtenir un système transformé.
  2.  Les politiques qui touchent les aînés, présentes et futures, devraient être analysées à l’aide de l’Outil d’évaluation des politiques en matière de santé mentale des aînés pour determiner jusqu’à quel point ells soutiennent et font la promotion de la santé mentale des aînés.
  3. La promotion de la santé mentale, laquelle englobe les stratégies de lutte à la stigmatisation, la sensibilisation du public, l’éducation et la formation, devrait être enchâssée dans chaque politique, programme ou service destiné aux aînés (y compris ceux qui ont une maladie mentale) et à leurs aidants.
  4. Les aînés, les aidants, les pourvoyeurs de services et le public devraient être renseignés sur l’importance d’un dépistage précoce des symptômes d’une maladie mentale, des stratégies de prévention et de la possibilité, pour les personnes ayant un trouble de santé mentale, de se rétablir et de se sentir bien à nouveau.
  5. Un bon système de santé mentale est axé sur le rétablissement, il soutient les aidants et fournit des renseignements au public ainsi qu’aux pourvoyeurs de services sur le cheminement vers le rétablissement (espoir, liberté de choix, autonomisation) et le bien-être que peuvent entreprendre les aînés ayant une maladie mentale. (P. Maccourt, Outil d’évaluation des politiques en matière de santé mentale des aînés, 2008.)
  6. Les composantes propres à un système de santé mentale intégré pour les aînés peuvent varier selon les contextes et les ressources disponibles à l’échelle locale. Toutefois, chaque système devrait offrir aux aînés qu’il dessert l’ensemble des services suivants : du soutien communautaire, des services de soins primaires ainsi que des services généraux et spécialisés de santé mentale (y compris des équipes mobiles de gérontopsychiatrie œuvrant dans la communauté et les établissements de soins de longue durée ainsi que des services spécialisés en psychiatrie gériatrique pour les personnes hospitalisées). Plus important encore, des mécanismes clairs devraient être mis en place afin de faciliter la collaboration entre ces services et leur accès de manière à offrir un système complet, efficace et intégré qui soit plus réceptif aux besoins des aînés et qui mise sur le rétablissement, le bien-être et la liberté de choix pour ces derniers et leurs aidants.
  7. Des cibles ou points de référence devraient être utilisés pour évaluer les services et les niveaux de dotation actuels ainsi que pour guider l’attribution et le déploiement futurs des ressources. Ces tâches doivent également prendre en considération la taille de la population, les lacunes en matière de services, les goulots d’étranglement et les priorités communautaires.
  8. Pour faciliter l’instauration d’un système de santé mentale complet, la diversité et la sécurité culturelle doivent être intégrées dans les structures, les programmes, les politiques et services.
  9.  Les proches aidants doivent être considérés comme des partenaires actifs dans le cheminement des aînés vers le rétablissement et le bien-être. Ils doivent donc être soutenus et valorisés dans les programmes, les politiques et les services offerts.

Pour transformer le système de santé mentale, il faut former, éduquer et soutenir les aidants et les pourvoyeurs de services afin d’augmenter la capacité de ces derniers à répondre aux besoins des aînés en matière de santé mentale.

Formulaire de rétroaction

Salut! Merci d’avoir consulté cette ressource. Nous serions ravis que vous partagiez un peu plus d’informations sur vous-même et sur la façon dont vous êtes arrivé ici (Quel type d’informations recherchiez-vous ? Cette ressource vous a-t-elle aidé ?). Cela nous aidera à créer un meilleur contenu à l’avenir. Merci!

Veuillez noter que:

  • La participation à la présente enquête est volontaire.
  • Les renseignements recueillis seront uniquement et exclusivement utilisés par la Commission de la santé mentale du Canada afin d’améliorer la qualité de ses documents.
Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel

Avis de non-responsabilité

Vos commentaires seront uniquement utilisés à des fins de rétroaction. Merci pour votre participation à notre programme de rétroaction.

This field is for validation purposes and should be left unchanged.
RELATED
Objectif Le présent document propose un aperçu des problèmes auxquels ont fait face les personnes ayant une grave maladie mentale (et leur cercle de soins) pendant la pandémie de COVID-19,...
La santé mentale des aînés est aussi importante que la santé mentale aux autres âges de la vie, mais elle ne reçoit pas toujours l’attention et les services dont elle...
Les principes et valeurs qui suivent se veulent orienter la création de politiques, programmes et services qui font la promotion et qui soutiennent la santé mentale des aînés, ainsi que...