Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › La prévention des blessures et le suicide

La prévention des blessures et le suicide

Qu’est-ce que c’est?

La prévention des blessures vise à réduire les préjudices et à renforcer la sécurité des personnes, des familles et des communautés. Les blessures se classent en deux catégories : intentionnelles et non intentionnelles.

UNE BLESSURE NON INTENTIONNELLE PEUT ÊTRE CAUSÉE PAR :
• un accident de la route
• une chute
• l’étouffement ou l’asphyxie
• un incendie ou une brûlure

UNE BLESSURE INTENTIONNELLE PEUT ÊTRE LE RÉSULTAT DE :
• gestes de blessures auto-infligées
• un suicide
• la violence conjugale

Dans plusieurs provinces, le suicide cause plus de décès que les accidents automobiles : il est souvent la première cause de décès dus à des blessures intentionnelles. En Colombie-Britannique, en 2011 : 526 suicides et 292 décès dus aux accidents de la route. En Ontario : 1175 suicides et 735 décès causés par de la route. Ministère de la Justice de la C.-B., 2010; Parachute, 2015Les blessures intentionnelles se distinguent fondamentalement des blessures non intentionnelles en ce qu’elles résultent de gestes posés dans le but de causer du tort et sont directement liées à des problèmes de santé mentale. Ce blesser volontairement est un moyen auquel les personnes vivant avec des problèmes de santé mentale ont parfois recours pour soulager une souffrance psychologique extrême.

Qui est à risque de subir une blessure intentionnelle?

Tout le monde peut être à risque de subir une blessure intentionnelle. Voici quelques groupes particulièrement à risque :

LES ENFANTS QUI S’ENGAGENT DANS DES BLESSURES AUTO-INFLIGÉES
Les enfants qui s’engagent dans des blessures auto-infligées le font souvent en raison de sévices qu’ils ont subis antérieurement. L’intention derrière leurs actes de blessures auto-infligées n’est pas nécessairement de se suicider, mais s’ils ne sont pas traités par professionnel de la santé mentale, ces pratiques peuvent dégénérer en comportement suicidaire (Centre for Suicide Prevention, 2014).

LES JEUNES QUI EXHIBITENT DES COMPORTEMENTS DANGEREUX
Les jeunes qui s’engagent dans des blessures auto-infligées sont plus à risque de se suicider et sont aux prises avec des problèmes de santé mentale sous-jacents, ou tentent de fuir des émotions négatives accablantes (Klonsky et coll., 2014). Les comportements à risque, comme le vagabondage sexuel, la conduite avec facultés affaiblies, et la consommation de substance, mènent souvent à des blessures intentionnelles ou non intentionnelles. L’intervention hâtive auprès des jeunes permet de réduire efficacement le taux de suicide; toutefois, les jeunes forment le groupe d’âge qui reçoit le moins d’aide en santé mentale (Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie, 2006). Veiller à ce que les jeunes vulnérables reçoivent le traitement médical et psychologique dont ils ont besoin devrait constituer une priorité en matière de prévention du suicide, tant à l’échelle nationale que provinciale (Kutcher, 2008).

Stratégies fondées sur des données probantes visant à prévenir les blessures intentionnelles au Canada

En 2010, au Canada, les blessures ont coûté 26,8 milliards de dollars. Le suicides et les bessures auto-infligées représentaient 2,9 milliards de dollars (Paracute, 2015)

1. RESTRICTION DE L’ACCÈS AUX MOYENS DE SE DONNER LA MORT

POUR PRÉVENIR LES DÉCÈS PAR PENDAISON :
• Revoir la conception des tringles à cintres et à rideaux afin d’éliminer ces points d’attache.

POUR PRÉVENIR LES DÉCÈS PAR INTOXICATION MÉDICAMENTEUSE :
• Ajuster les doses en réduisant la taille des emballages de médicaments potentiellement létaux.
• Éliminer adéquatement les médicaments inutilisés.
• Transmettre aux gouvernements des recommandations continues concernant la classification des médicaments suscitant des préoccupations et l’accès à ceux-ci par les professionnels de la santé et par le public.

POUR PRÉVENIR LES DÉCÈS LIÉS AUX ARMES À FEU :
• Utiliser des armoires verrouillables pour le stockage des armes à feu.
• Restreindre l’accès aux armes à feu.

POUR PRÉVENIR LES DÉCÈS PAR INTOXICATION AU MONOXYDE DE CARBONE :
• Exiger que toutes les voitures soient équipées d’un convertisseur catalytique.

POUR PRÉVENIR LES DÉCÈS PAR SAUT :
• Afficher le numéro de téléphone du centre de crise local sur les ponts et autres endroits surélevés.
• Ériger des barrières anti-suicide sur les ponts (Institute for Health Economics, 2010).

2. Sensibilisation

Les ateliers d’acquisition de compétences, comme la Formation appliquée en techniques d’intervention face au suicide (ASIST), visent à équiper les membres de la communauté des connaissances et des aptitudes requises pour intervenir auprès d’une personne à risque de se suicider.

Étude de cas : Barrières sur les ponts

L’installation de barrières physiques sur les ponts est un moyen très efficace de prévenir les blessures et les suicides. En dépit d’une certaine opposition, la Ville de Toronto a fait installer des barrières anti-saut sur le viaduc Bloor. Cette initiative a permis de pratiquement éliminer les suicides sur un pont qui était jusque-là le plus meurtrier d’Amérique du Nord à ce chapitre. Certaines théories avancent que ce type de barrières ne fait que pousser les gens à trouver d’autres moyens de passer à l’acte, mais des recherches ont révélé que le taux global de suicide a diminué à Toronto depuis l’installation des barrières sur le viaduc Bloor. Lisez toute l’histoire (en anglais).

Voir la liste des référence en ligne.

Formulaire de rétroaction

Salut! Merci d’avoir consulté cette ressource. Nous serions ravis que vous partagiez un peu plus d’informations sur vous-même et sur la façon dont vous êtes arrivé ici (Quel type d’informations recherchiez-vous ? Cette ressource vous a-t-elle aidé ?). Cela nous aidera à créer un meilleur contenu à l’avenir. Merci!

Veuillez noter que:

  • La participation à la présente enquête est volontaire.
  • Les renseignements recueillis seront uniquement et exclusivement utilisés par la Commission de la santé mentale du Canada afin d’améliorer la qualité de ses documents.
Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel

Avis de non-responsabilité

Vos commentaires seront uniquement utilisés à des fins de rétroaction. Merci pour votre participation à notre programme de rétroaction.

This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Des 4 000 décès par suicide estimés au Canada chaque année, 75 % sont des hommes. Au Canada, le suicide est la deuxième cause de décès en importance chez les...

Les personnes de 65 ans et plus, particulièrement les hommes, présentent un risque élevé de suicide. La génération des baby-boomers, qui forme le plus important groupe démographique du Canada, se...

La COVID-19 continue à avoir de graves répercussions sur la santé mentale et l’usage de substances Les personnes qui ont un problème de consommation de substances sont parmi celles qui...