Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Préserver votre bien-être mental dans les médias sociaux

Préserver votre bien-être mental dans les médias sociaux

Faites le point sur les sentiments que vos fils d’actualité suscitent en vous

La prochaine fois que vous finirez de faire défiler votre fil d’actualité, prenez un moment pour réfléchir à ce que vous ressentez. Il est facile de ne pas s’apercevoir des petits changements lorsque l’on passe rapidement à autre chose. Mais, même les courtes périodes de baisse de moral, de doute ou d’anxiété s’accumulent au fil du temps. Après quelques vérifications, vous remarquerez que même un contenu « anodin » affecte sensiblement votre état d’esprit, surtout si vous y passez beaucoup de temps ou si vous vous y rendez plus souvent.

Comprenez ce qui se passe dans votre cerveau

Pour le cerveau, voir c’est croire. Par exemple, même si vous savez logiquement qu’une photo a été considérablement retouchée, il est difficile pour votre cerveau de faire cette distinction. Les êtres humains réagissent sensiblement aux stimuli visuels. Ainsi, la plupart des gens se sentent contraints de continuer à faire défiler le fil d’actualité, même lorsque ces images entraînent un sentiment d’insécurité ou d’infériorité.

Nous y sommes également attirés par la dopamine, l’hormone du bien-être qui est sécrétée lorsque nous utilisons un moyen qui nous offre des gains faciles. Les « j’aime », les « cœurs », les « partages » et les commentaires nous procurent de petites bouffées d’endorphine, sans exiger beaucoup d’efforts. La compréhension de ces processus, ainsi que d’autres processus neurologiques en jeu, est un élément important pour assurer une consommation saine des médias sociaux.

Essayez de ne pas comparer

Il est naturel de comparer vos propres expériences avec le contenu en ligne. Mais, gardez à l’esprit que vous apercevez une version modifiée de la réalité. Même sans utiliser des filtres ou Facetune, les utilisateurs individuels (ainsi que les organisations) sélectionnent soigneusement les éléments qu’ils veulent utiliser pour capter l’attention du public. Pour préserver votre bien-être mental, considérez les médias sociaux comme un film d’un point de vue du divertissement plutôt que de la réalité.

Mettez en place des limites d’utilisation

Si vous connecter à vos comptes de médias sociaux semble davantage être une habitude plutôt qu’un choix conscient, essayez de supprimer la tentation. Laissez votre téléphone hors de vue ou hors de portée lorsque vous faites d’autres activités, ou bien ne l’emmenez pas dans votre chambre la nuit. Lorsque votre téléphone est accessible, fixez-vous des limites supplémentaires quant à son utilisation, en ne vous connectant qu’à certaines heures ou pendant une durée de temps déterminée.

Soyez intransigeant quant à l’archivage du contenu

Certes, vous ne pouvez pas contrôler tout ce que vous voyez sur les médias sociaux, mais vous pouvez être très sélectif quant aux personnes et aux contenus auxquels vous vous abonnez. La règle est simple : Ne suivez pas quelqu’un ou un quelconque sujet si cela ne vous sert à rien. Si les publications d’un compte suscitent en vous un sentiment de malaise, vous avez le choix de vous désabonner du compte ou de le bloquer. Vous pouvez également tirer profit des algorithmes dont le rôle est de vous proposer davantage de contenus que vous consommez le plus souvent, et cela en choisissant de vous concentrer sur un contenu agréable.

Repartez de zéro (ou éloignez-vous complètement)

La fameuse peur de manquer quelque chose peut nous faire croire que les médias sociaux sont essentiels. Ils ne le sont pourtant pas pour la plupart d’entre nous. Ne vous sentez pas obligé de rester sur une plate-forme qui ne vous est pas utile. Essayez d’en prendre congé pendant une semaine. Vous pouvez même supprimer des applications, sans toutefois perdre vos contenus personnels. Voyez ensuite comment vous vous sentez. Si vous retombez dans le même engrenage, envisagez de repartir de zéro. Vous pouvez arrêter de suivre tous les sujets et toutes les personnes, puis recommencer avec un contenu plus sélectif. En outre, moins vous êtes abonné à un grand nombre de comptes, moins il vous faudra de temps pour vous « reprendre ». Vous pouvez aussi décider de laisser une ou plusieurs plates-formes plus longtemps! Expérimenter la peur de manquer quelque chose temporairement est le petit prix à payer pour améliorer votre bien-être mental.

Formulaire de rétroaction

Salut! Merci d’avoir consulté cette ressource. Nous serions ravis que vous partagiez un peu plus d’informations sur vous-même et sur la façon dont vous êtes arrivé ici (Quel type d’informations recherchiez-vous ? Cette ressource vous a-t-elle aidé ?). Cela nous aidera à créer un meilleur contenu à l’avenir. Merci!

Veuillez noter que:

  • La participation à la présente enquête est volontaire.
  • Les renseignements recueillis seront uniquement et exclusivement utilisés par la Commission de la santé mentale du Canada afin d’améliorer la qualité de ses documents.
Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel

Avis de non-responsabilité

Vos commentaires seront uniquement utilisés à des fins de rétroaction. Merci pour votre participation à notre programme de rétroaction.

This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Toronto Education Workers Local 4400 (TEW) is made up of approximately 17,000 education workers working primarily within the Toronto District School Board (TDSB). TEW is also home to childcare workers from various childcare centres and caretakers from Viamonde French Board, representing over 400 job classifications and over 1,000 worksites

Des 4 000 décès par suicide estimés au Canada chaque année, 75 % sont des hommes. Au Canada, le suicide est la deuxième cause de décès en importance chez les...

Les personnes de 65 ans et plus, particulièrement les hommes, présentent un risque élevé de suicide. La génération des baby-boomers, qui forme le plus important groupe démographique du Canada, se...