Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Aider quelqu’un ayant vécu un événement traumatique

Aider quelqu’un ayant vécu un événement traumatique

1) Laissez la personne raconter ce qu’elle a vécu si elle le désire. Si elle refuse, n’insistez pas. Chaque personne compose différemment avec un événement traumatique. Si vous souhaitez apporter votre aide, laissez-la imposer son propre rythme et ne la forcez pas. Si vous la forcez, elle pourrait en fait être traumatisée à nouveau.

2) Écoutez avec patience et empathie avant d’apporter des suggestions. Établissez un contact sur un mode personnel et écoutez sans poser de jugement.

3) Assurez-vous de dire à la personne qu’il est normal d’éprouver des réactions de stress par suite d’un événement anormal. Elle peut, par exemple, se sentir secouée, apeurée, triste, perturbée, insensible sur le plan émotif, indécise, préoccupée, fatiguée, facilement irritable, méfiante et irascible ou, encore, revivre des souvenirs non désirés et avoir des problèmes de sommeil. Dites-lui qu’il n’est pas inhabituel que ces réactions perdurent durant des jours, voire des mois. Avec le temps, la plupart des gens retrouvent leur état émotif normal.

4) Encouragez la personne à communiquer avec des gens qui pourraient lui apporter du soutien et à dire ce qu’elle ressent. Invitez-la à parler avec des proches, des amis et des collègues. Laissez-la suivre son instinct quant à ce qu’elle veut dire et à qui elle veut se confier. Ne lui conseillez pas d’arrêter de revivre les événements, de les oublier ni de « passer par-dessus ».

5) Recommandez à la personne d’éviter de consommer de l’alcool ou des drogues pour composer avec l’événement. Invitez-la plutôt à mettre en pratique des techniques de relaxation et à chercher la compagnie de personnes qui pourraient lui apporter du soutien.

6) Si les réactions de stress de la personne perdurent pendant plus de quelques semaines, ou si sa détresse persiste et affecte son fonctionnement normal, encouragez-la à consulter un professionnel de la santé.

Si vous-même ou une personne de votre entourage éprouvez l’un de ces symptômes et (ou) qu’il persiste durant plus de trois ou quatre semaines, consultez un médecin ou communiquez avec le programme d’aide de votre employeur ou avec un professionnel de la santé par quelque autre moyen. Il est tout à fait normal d’éprouver des réactions intenses par suite d’événements anormaux. En revanche, quand ces réactions perdurent, il devient nécessaire de consulter.

RESSOURCES

Pour bon nombre de personnes, la possibilité de raconter l’événement (de le verbaliser) aide grandement à composer avec celui-ci. Ci-dessous figurent des ressources que l’on peut consulter pour obtenir un soutien. La plupart de ces ressources (comme les lignes d’écoute téléphonique et le soutien clinique) sont régies par des lignes directrices relatives au traitement des renseignements et assurent leur confidentialité.

Services de crises du Canada :  Ce service bilingue, anonyme et gratuit, répond à toute heure du jour ou de la nuit aux appels des adultes en provenance de toutes les provinces et de tous les territoires du Canada. Composez le 1-833-456-4566.

Jeunesse, j’écoute : Ce service bilingue, anonyme et gratuit, répond à toute heure du jour ou de la nuit aux appels de jeunes en provenance de toutes les provinces et de tous les territoires du Canada.

Premiers soins en santé mentale : Pour obtenir des renseignements au sujet de Premiers soins en santé mentale et pour savoir en quoi ce programme pourrait, maintenant ou plus tard, être bénéfique, écrivez à bd@commissionsantementale.ca.

Ressources en ligne

Financière Sun Life Concevoir une stratégie en santé mentale au travail

Agence de la santé publique du Canada : Faire face aux événements stressants

Canadian Mental Health Association: Trouble de stress post-traumatique (TSPT)

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services. En guise de remerciement, vous serez automatiquement inscrit à un concours qui pourrait vous permettre de gagner un prix en argent ou un chèque-cadeau. *

Veuillez noter que:

  • La participation à la présente enquête est volontaire.
  • Les renseignements recueillis seront uniquement et exclusivement utilisés par la Commission de la santé mentale du Canada afin d’améliorer la qualité de ses documents.
Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel

* MINI RÈGLEMENT DU CONCOURS SUR LE SONDAGE

Aucun achat n’est requis. Le concours est ouvert aux résidents du Canada qui sont âgés de 13 ans ou plus, et qui ont reçu une invitation à répondre au sondage [PSSM / EAT et EAT-PI / Outil de connaissance] de la Commission de la santé mentale du Canada, et à participer au concours. Le concours commence le 3 octobre, 2022 à 0 h, HE, et prend fin le 15 mars 2023 à 23 h 59 min, HE. Il y a 6 prix disponibles à gagner. (i) 1 prix de 500 $ à gagner, consistant en un certificat cadeau d’un détaillant en ligne; et (ii) 5 prix de 50 $ à gagner, consistant chacun en un certificat cadeau d’un détaillant en ligne. La limite permise est d’une (1) participation par personne et par courriel. Les chances de gagner dépendent du nombre de participations admissibles. Le concours inclura obligatoirement une question d’évaluation des compétences en mathématiques. Pour accéder à l’entièreté du règlement et aux détails de participation, rendez-vous à

This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Bien avant la pandémie, les femmes étaient régulièrement forcées de mettre leur carrière en veilleuse. Que ce soit pour prendre soin de leurs enfants ou de parents malades ou âgés, elles étaient plus susceptibles que les hommes d’assumer des responsabilités d’aidante au détriment de leur vie professionnelle.

Parler d’un suicide à des enfants peut être difficile. Toutefois, cela peut être salutaire pour les personnes qui sont confrontées à ce type de décès. Des recherches ont montré que...