Si vous êtes en état de détresse, veuillez appeler ou texter le 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › LA VIE EN CONFINEMENT : les répercussions de la COVID-19 sur la santé mentale des jeunes au Canada

LA VIE EN CONFINEMENT : les répercussions de la COVID-19 sur la santé mentale des jeunes au Canada

De quoi parle ce rapport?

L’objectif de ce rapport est de décrire les découvertes du sondage LA TÊTE HAUTE COVID-19 pour améliorer la programmation des services et informer la politique sur les jeunes au Canada.

Qu’avons-nous appris jusqu’à présent?

La pandémie de COVID-19 a eu des retombées économiques et sociales importantes à l’échelle mondiale, et elle continue à altérer la vie de nombreuses personnes. Les jeunes sont particulièrement vulnérables aux perturbations causées par la pandémie, et ils sont nombreux à être laissés pour compte en éducation, en opportunités économiques, en santé et bien-être pendant une étape cruciale de leur développement.

Les répercussions sur les jeunes marginalisés

Les jeunes marginalisés sont particulièrement à risque de COVID-19 et de ses répercussions. Cette catégorie comprend les jeunes réfugiés, les jeunes vivant en zone rurale, les jeunes indigènes, les jeunes racisés et les jeunes de minorité ethnique, les jeunes ayant un handicap, et les jeunes de différente orientation sexuelle et identité de genre. Certains jeunes peuvent ne pas avoir de logement stable, et ne peuvent donc pas respecter la distanciation sociale en toute sécurité. Les données indiquent que la fermeture des écoles en particulier peuvent avoir des effets négatifs sur les élèves de foyers à faibles revenus parce qu’ils n’ont pas forcément d’accès stable à l’Internet ou des appareils nécessaires pour suivre des cours virtuels. Cela pourrait entraîner une stigmatisation et de la discrimination supplémentaires envers certains groupes, ce qui pourrait à son tour les exclure d’avoir accès à des services essentiels de santé et communautaires.

Qui a répondu au sondage LA TÊTE HAUTE?

Au total, 137 jeunes ont répondu au sondage, allant de 12 à 24 ans (voir la figure 2 cidessous). La plupart des sondés avaient de 14 à
18 ans. En termes de régions géographiques, la plupart des sondés venaient d’Ontario (82 %); venaient ensuite l’Alberta (7%), le Québec (4 %), la Saskatchewan (2 %), la Colombie-Britannique (1 %) et les régions inconnues (4 %).

Découvertes et implications

Les découvertes du sondage LA TÊTE HAUTE COVID-19 sont regroupées en quatre grandes sections dans ce rapport : les principales difficultés rencontrées, les stratégies d’adaptation, les méthodes de communication utilisées et les comportements de demande d’aide des jeunes.

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services.

Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel
This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Au Canada, on estime que 1,6 million d’enfants et d’adolescents vivent avec un problème de santé mentale diagnostiqué. La pandémie de COVID-19 a entraîné de lourdes répercussions économiques et sociales...