Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › L’intelligence artificielle dans les services de santé mentale : une analyse documentaire

L’intelligence artificielle dans les services de santé mentale : une analyse documentaire

Objectif

Le fardeau imposé par la maladie mentale est lourd parmi les personnesvivant au Canada. Environ un Canadien sur cinq est touché par des problèmes de santé mentale au cours d’une année donnée, et une personne sur deux pourrait y faire face avant l’âge de 40 ans. Toutefois, les obstacles relatifs aux soins, comme l’accès, la stigmatisation, le coût et le manque de flexibilité pour le traitement (p. ex., l’incapacité d’adapter le traitement en fonction des besoins individuels), ont été problématiques pour de nombreux Canadiens touchés par la maladie mentale. La technologie peut jouer un rôle en vue d’améliorer l’accès aux services en santé mentale et la prestation de ces services.

Une recherche limitée dans la littérature pour les termes anglais « artificial intelligence » [intelligence artificielle] et « mental health » [santé mentale] a été réalisée (documents en langue anglaise publiés entre le 1er janvier 2014 et le 5 septembre 2019). Les études répondant aux critères d’inclusion ont été évaluées en fonction des forces et limitations de leur méthodologie ainsi que de leur exécution.

Principales constatations

Bien que des applications d’IA soient mises sur pied pour prévoir, diagnostiquer et traiter les problèmes de santé mentale ou les maladies mentales, on ne sait pas avec certitude dans quelle mesure elles sont efficaces ni de quelle façon on peut les incorporer dans les services en santé mentale. L’analyse documentaire sur laquelle ce rapport est fondé a évalué les données probantes publiées en liens avec l’utilisation de l’IA dans la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies mentales. L’analyse a mis l’accent sur l’efficacité clinique des applications d’IA, sur le but de leur utilisation, sur les populations de patients, sur les utilisateurs principaux et sur les lignes directrices connexes fondées sur des données probantes.

Pour quelles populations l’IA a-t-elle été utilisée pour prévenir, diagnostiquer ou traiter les problèmes de santé mentale ou les maladies mentales?

L’IA a été utilisée pour poser un diagnostic chez des personnes suicidaires (entretenant des idées suicidaires), des personnes présentant un trouble dépressif majeur, une dépression bipolaire, de l’anxiété, une schizophrénie et un trouble de stress post-traumatique, ainsi que pour traiter des personnes atteintes de dépression, de dépression bipolaire, d’anxiété et de trouble de stress post-traumatique.

Qui étaient les utilisateurs principaux de l’IA pour prévenir, diagnostiquer ou traiter les problèmes de santé mentale ou les maladies mentales?

Les applications d’IA s’adressaient principalement aux cliniciens pour les appuyer lors du diagnostic des patients. Certaines technologies d’IA (p. ex., agents conversationnels [assistants virtuels], applications mobiles d’IA) devaient servir de ressource ou d’option de traitement pour les personnes vivant avec des problèmes de santé mentale ou des maladies mentales. Certaines applications étaient aussi destinées aux personnes participant à la planification du traitement (p. ex., organisations de soins de santé) et aux aidants.

Quel était le principal but de l’IA dans la prévention, le diagnostic ou le traitement des problèmes de santé mentale ou des maladies
mentales?

Les applications d’IA ont principalement été utilisées dans le but d’appuyer le diagnostic, en aidant à déterminer si une personne présentait un trouble de santé mentale particulier. La technologie de l’IA a aussi été utilisée pour prévoir les risques et évaluer si une personne est atteinte d’une maladie mentale. En termes de traitement, les technologies de l’IA ont été utilisées
pour différents objectifs :

  • en tant que plateforme pour interagir avec les clients;
  • en tant que moyen de prédire quels clients sont plus susceptibles de répondre au traitement;
  • en tant que méthode de recueillir des données pouvant être utilisées pour adapter du contenu (p. ex., leçons, outils et messages de motivation);
  • en tant que façon d’offrir du soutien en santé mentale en utilisant divers styles et types de traitement dans un format conversationnel;
  • en tant que stratégie pour surmonter les obstacles perçus dans l’utilisation de ressources en situation de crise.

Dans quelle mesure l’IA est-elle efficace pour prévenir, diagnostiquer ou traiter les problèmes de santé mentale ou les maladies mentales?

Les applications d’IA sont généralement associées à un niveau modéré à élevé d’exactitude diagnostique quand il s’agit de distinguer les personnes présentant des problèmes de santé mentale de celles qui ne présentent pas de tels problèmes. Cependant, le
niveau d’exactitude signalé avec chaque programme d’IA diffère d’une étude à l’autre et dépend du problème évalué. Trois études examinant les options de traitement fondées sur l’IA (p. ex., agents conversationnels [assistants virtuels], applications
mobiles) ont indiqué que ces outils augmentaient l’utilisation de ressources en cas de crise et réduisaient les symptômes de dépression et d’anxiété. Comparativement au soutien psychothérapeutique et à l’éducation, les agents conversationnels ont
significativement réduit les symptômes dépressifs, mais ils n’ont pas significativement diminué l’anxiété. Un encadrement accru pourrait permettre de réduire davantage les symptômes d’anxiété (mais pas ceux de la dépression).

Formulaire de rétroaction

Salut! Merci d’avoir consulté cette ressource. Nous serions ravis que vous partagiez un peu plus d’informations sur vous-même et sur la façon dont vous êtes arrivé ici (Quel type d’informations recherchiez-vous ? Cette ressource vous a-t-elle aidé ?). Cela nous aidera à créer un meilleur contenu à l’avenir. Merci!

Veuillez noter que:

  • La participation à la présente enquête est volontaire.
  • Les renseignements recueillis seront uniquement et exclusivement utilisés par la Commission de la santé mentale du Canada afin d’améliorer la qualité de ses documents.
Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel

Avis de non-responsabilité

Vos commentaires seront uniquement utilisés à des fins de rétroaction. Merci pour votre participation à notre programme de rétroaction.

This field is for validation purposes and should be left unchanged.
EN VEDETTE
Les enfants qui ont un large éventail de compétences d’adaptation surmontent les situations difficiles plus facilement et ressentent moins de détresse émotionnelle. Cette présentation décrit deux programmes universels de promotion...
Bien que le suicide puisse être évité, les taux au Canada sont demeurés relativement stables au cours des deux dernières décennies. L’évaluation du risque suicidaire par les cliniciens et les...
Objectif Le présent document propose un aperçu des problèmes auxquels ont fait face les personnes ayant une grave maladie mentale (et leur cercle de soins) pendant la pandémie de COVID-19,...