Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter  à 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Mesure du rendement en matière de santé mentale et de bien-être à la première et à la petite enfance au Canada – Ressources et messages clés tirés d’une brève revue exploratoire

Mesure du rendement en matière de santé mentale et de bien-être à la première et à la petite enfance au Canada – Ressources et messages clés tirés d’une brève revue exploratoire

À l’automne 2020, la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) a effectué une brève revue exploratoire (dans le cadre de son projet sur la santé mentale à la petite enfance) de la mesure du rendement en matière de santé mentale et de bien-être à la première et à la petite enfance (PPE) au niveau de la population de certains pays à revenu élevé et certaines administrations canadiennes. L’un des principaux objectifs du projet était de brosser le portrait des politiques et des pratiques en matière de mesure du rendement et d’identifier les possibilités de mesure du rendement au niveau de la population à l’échelle pancanadienne pour ce groupe. Les données ont été systématiquement synthétisées à partir de la littérature scientifique et de la littérature grise des cinq dernières années principalement. Le projet vise à donner suite aux efforts plus vastes présentés dans « Mesurer les progrès » : Ressources pour créer un cadre de mesure du rendement sur la santé mentale et les dépendances au Canada, publié par la CSMC en 2018. Outre certaines considérations particulières soulevées par la pandémie de COVID-19 par rapport à la mesure de la santé mentale et du bien-être dans ce groupe d’âge, les messages généraux suivants sont ressortis des documents examinés.

Messages clés

1. La base de connaissances sur les associations entre les états, les comportements et l’adversité liés à la santé mentale à la PPE, d’une part, et les problèmes survenant aux étapes ultérieures de la vie, d’autre part, est solide et permet de concevoir et d’améliorer les interventions.

2. Il existe des interventions efficaces pour la prévention, l’intervention précoce et le traitement à la PPE, et les connaissances relatives à leur mise en œuvre s’accumulent également de jour en jour. Il subsiste cependant des mythes contraires dans les deux cas, et la mise en œuvre des politiques et des pratiques traîne loin derrière la science.

3. De nombreux pays ont une longue tradition de mesure du rendement en matière de santé – et, de façon plus générale, de bien-être – des enfants et des jeunes au niveau de la population. Le nombre d’indicateurs utilisés (et proposés) pour évaluer la santé et le bien-être des enfants et des jeunes est très élevé; le chaos qui y règne est évident.

4. Malgré le nombre considérable d’indicateurs, même pour la PPE, d’importantes lacunes dans les ensembles d’indicateurs sont observées dans la plupart des administrations, ce qui a pour effet, en réalité, de dissimuler les problèmes liés à la santé mentale et au bien-être de ce groupe d’âge. La lacune la plus flagrante est sans doute l’absence de mesures de la relation précoce entre les parents et leurs enfants à la PPE malgré la solidité des données scientifiques sur cet aspect de la santé mentale et du bien-être à la PPE.

5. On observe de graves lacunes sur le plan de la mesure aux stades de la PPE pour d’importants sous-groupes de nourrissons et d’enfants, ainsi que pour la qualité des interventions et leurs résultats.

6. Il a été noté que les enjeux émergents (y compris la pandémie de COVID-19) devront être pris en compte et planifiés dans toute initiative pancanadienne de mesure du rendement visant le groupe de la PPE ou la santé mentale et le bien-être des enfants et des jeunes en général.

7. La rareté des indicateurs liés à la santé mentale et au bien-être pour le groupe d’âge de la PPE n’est pas due à un manque de mesures possibles des concepts d’intérêt ni à un manque de connaissances sur la façon de recueillir les données.

8. Les documents de politique provinciale et territoriale en matière de santé mentale reconnaissent l’importance de la santé mentale, tant pour le groupe d’âge de la PPE que pour la mesure du rendement de manière plus générale. Pourtant, seule une minorité d’administrations disposent de politiques actuelles portant expressément sur la santé mentale des enfants et des jeunes (qui tiennent compte du point de vue des Autochtones), qui sont nécessaires pour faire progresser une approche de la mesure du rendement axée sur la santé de la population. Ce manque de visibilité des mesures relatives au groupe d’âge de la PPE peut reléguer ce groupe au bas de l’échelle des priorités des décisions en matière d’affectation des ressources.

9. Le Canada possède une capacité de connaissances exceptionnelle en matière de surveillance et de mesure de la santé mentale et du bien-être des enfants et des jeunes. Nous disposons de plusieurs centres d’excellence et d’équipes de recherche de renommée mondiale qui travaillent sur la santé mentale et le bien-être des enfants et des jeunes, ainsi que sur la mesure de la santé mentale et du bien-être à la PPE.

10. Récemment, au Canada, plusieurs avancées relatives aux données et initiatives de grande envergure en matière de santé et de bien-être des enfants ont fourni d’importantes capacités, possibilités et occasions de progression sur le plan de la mesure du rendement en matière de santé mentale et de bien-être des enfants et des jeunes (y compris le groupe de la PPE). Sauf pour une poignée de collaborations, ces efforts sont fragmentés.

11. Depuis près de deux décennies, plusieurs leaders canadiens de la recherche et de la pratique des secteurs des services à la personne soulignent l’importance, la valeur et la nécessité d’avoir une meilleure mesure du rendement en matière de santé mentale des enfants et des jeunes (y compris à la petite enfance). En outre, il est bien connu que la santé mentale et le bien-être à la PPE dépendent essentiellement de la relation parent-enfant. Par conséquent, il devrait en être de même pour la mesure du rendement.

12. L’élaboration d’un cadre complet de mesure du rendement en matière de santé mentale et de bien-être des enfants et des jeunes Canadiens s’impose depuis longtemps. La définition d’un tel cadre devrait tirer parti de la recherche, de l’excellence dans la pratique et des réseaux de défense des droits, et être effectuée en partenariat avec des personnes ayant un savoir expérientiel présent ou passé (enfants, jeunes et parents), des décideurs (provinciaux et territoriaux) et des communautés autochtones.

13. Un cadre pancanadien de mesure du rendement en matière de santé mentale et de bien-être des enfants et des jeunes ne peut atteindre son plein potentiel que si une infrastructure et une capacité de connexion avec les intervenants existants (y compris les enfants, les jeunes et les parents) et des initiatives sont établies dans l’ensemble du pays aux fins de conceptualisation, d’approvisionnement, de collecte, d’analyse et de production de rapports.

Résumé et possibilités pour l’avenir

Cette brève revue exploratoire, dont l’objectif est de brosser un tableau d’ensemble des conclusions, a révélé une impressionnante capacité de connaissances sur la mesure du rendement en matière de santé mentale et de bien-être des enfants et des jeunes (y compris pour le groupe d’âge de la PPE). L’existence de lacunes distinctes et la nécessité de faire mieux pour les enfants et les jeunes au Canada – en particulier pour les groupes vulnérables et ceux qui méritent l’équité – fait manifestement consensus parmi les intervenants. Notre potentiel de figurer parmi les pays les plus avancés au monde dans ce domaine est immense si nous intensifions les efforts de collaboration entre les organisations, les provinces, les territoires et les collectivités et maximisons nos connaissances approfondies en matière de mesure de la santé mentale et du bien-être.

Les recommandations sont les suivantes :

  1. un cadre collaboratif pancanadien de mesure du rendement en matière de santé mentale et de bien-être des enfants et des jeunes (incluant une couverture équilibrée du groupe d’âge de la PPE),
  2. une nouvelle collecte de données (par le biais de sondages et/ou d’une étude de cohorte longitudinale à l’échelle nationale), et
  3. un système collaboratif pancanadien de mesure du rendement qui permet d’axer la défense des intérêts, la recherche, la pratique et les politiques sur l’amélioration de la santé mentale et du bien-être de tous les enfants canadiens.

Formulaire de rétroaction

Bonjour, et merci de consulter cette ressource. Après l’avoir parcourue, il nous plairait d’en apprendre un peu plus sur vos centres d’intérêt et sur la façon dont vous avez trouvé notre site. L’information proposée correspondait-elle à ce que vous cherchiez? Les renseignements étaient-ils utiles? Nous tiendrons compte de vos commentaires pour améliorer nos services.

Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel
This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

La communauté de pratique nationale (CdPN) rassemble les communautés du programme Enraciner l’espoir dans un esprit d’entraide. Elle réunit des représentants des collectivités, des chercheurs, des acteurs régionaux et des...