Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Prendre ses soins en charge par un programme

Prendre ses soins en charge par un programme

Le stress et l’anxiété survenant à la suite d’un événement traumatique sont des réactions normales. Selon les individus directement concernés, celles-ci sont soit modérées, soit envahissantes. Parmi les réactions que l’on peut éprouver, il est possible de :

  • Revivre l’événement traumatique (rêver, de façon récurrente, aux événements ou avoir des « flashbacks » et des souvenirs perturbateurs)
     
  • Se sentir mal dans des situations qui ravivent le souvenir du traumatisme ou de l’événement
     
  • Adopter un comportement d’évitement (par exemple en évitant de façon systématique toute affaire associée à l’événement)
     
  • Étouffer ses émotions (se sentir pas tout à fait « présent », préoccupé ou distrait)
     
  • Éprouver moins d’intérêt envers autrui et le monde extérieur (éviter la compagnie des gens et se retirer des activités qui, normalement, s’avèrent plaisantes et se sentir las)
     
  • Ressentir une hypervigilance persistante (être constamment en état de veille, se montrer irritable, nerveux, facilement contrarié ou colérique ou souffrir d’insomnie)

Ces réactions, qui sont normales, sont vécues par les individus confrontés à des situations anormalement éprouvantes. Bien que la plupart des personnes se rétablissent d’elles-mêmes ou avec l’aide d’un professionnel de la santé mentale dans les semaines qui suivent un événement traumatique, certaines autres ne les ressentent que bien plus tard. Dans tous les cas, il faut accueillir et reconnaître ses réactions et chercher du soutien approprié.
 

Techniques pour s’aider soi-même

·         Accordez la priorité à vos besoins individuels en matière de sécurité et de santé.

·         Apprenez à mettre en pratique des techniques de contrôle de la respiration (respiration lente et calme) pour atténuer les symptômes physiques d’anxiété, de peur et de panique. Évitez de respirer trop profondément ou rapidement pour ne pas exacerber les symptômes de panique.

·         Veillez à dormir suffisamment.

·         Limitez la consommation quotidienne de boissons caféinées à 300 mg ou moins.

·         Apprenez et mettez quotidiennement en pratique des techniques de relaxation pour réduire les symptômes de tension physique.

·         Faites régulièrement de l’exercice.

·         Chassez les idées pessimistes et évitez les discours tendant vers l’exagération.

·         Consultez les sites Internet basés sur des faits scientifiques ou des livres pour s’aider soi-même.

Formulaire de rétroaction

Salut! Merci d’avoir consulté cette ressource. Nous serions ravis que vous partagiez un peu plus d’informations sur vous-même et sur la façon dont vous êtes arrivé ici (Quel type d’informations recherchiez-vous ? Cette ressource vous a-t-elle aidé ?). Cela nous aidera à créer un meilleur contenu à l’avenir. Merci!

Veuillez noter que:

  • La participation à la présente enquête est volontaire.
  • Les renseignements recueillis seront uniquement et exclusivement utilisés par la Commission de la santé mentale du Canada afin d’améliorer la qualité de ses documents.
Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel

Avis de non-responsabilité

Vos commentaires seront uniquement utilisés à des fins de rétroaction. Merci pour votre participation à notre programme de rétroaction.

This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

Bien avant la pandémie, les femmes étaient régulièrement forcées de mettre leur carrière en veilleuse. Que ce soit pour prendre soin de leurs enfants ou de parents malades ou âgés, elles étaient plus susceptibles que les hommes d’assumer des responsabilités d’aidante au détriment de leur vie professionnelle.

Parler d’un suicide à des enfants peut être difficile. Toutefois, cela peut être salutaire pour les personnes qui sont confrontées à ce type de décès. Des recherches ont montré que...