Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Applications de santé mentale : Comment faire un choix éclairé

Applications de santé mentale : Comment faire un choix éclairé

Le nombre d’applications en santé mentale augmente tous les jours. Si le simple fait de savoir ce qui existe pose parfois un défi, identifier celles qui sont fiables et réellement fonctionnelles s’avère encore plus difficile. Voici pourquoi la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ont collaboré pour créer un cadre d’évaluation visant à aider les gens à trouver les applications adaptées à leurs besoins spécifiques, prenant en compte le contexte canadien.

Ce document expose les principes directeurs et les critères d’évaluation qui aideront les Canadiens à prendre de meilleures décisions quant à ces applications. Il s’adresse autant aux personnes qui souhaitent gérer leur propre santé mentale, aux prestataires de soins de santé cherchant à faire de bonnes recommendations aux patients, qu’aux développeurs d’applications visant à améliorer leurs produits.

FAIT : LES APPLICATIONS DE SANTÉ MENTALE NE SONT PAS TOUTES ÉGALES

Certaines applications ont démontré leurs bienfaits pour la santé mentale. En faisant tomber les barrières des coûts, de la distance et de la stigmatisation, certaines rendent les services de santé mentale plus accessibles aux personnes jusque-là réticentes à obtenir de l’aide. D’autres applications sont toutefois inefficaces, potentiellement dangereuses ou présentent de sérieuses failles de sécurité/confidentialité. Ce cadre a pour mission d’aider les personnes à faire la différence.

À la base, le cadre stipule que toute évaluation d’une application de santé mentale doit s’appuyer solidement sur des données factuelles et respecter les valeurs canadiennes d’égalité et d’inclusion. Cela signifie la prise en compte de :

  • Données factuelles : Existe-t-il une preuve démontrant l’efficacité de l’application?
  • Égalité des sexes : L’application considère-t-elle les besoins et les préférences des hommes, des femmes, des garçons, des filles et de la diversité des genres?
  • Adaptation culturelle : Quelle est la pertinence de l’application pour les personnes de cultures diverses?

Les évaluations d’applications s’appuyant sur ce cadre devraient également être :

  • axées sur l’utilisateur : les applications conçues avec et pour un certain utilisateur tendront à mieux répondre à leurs besoins et à leurs attentes
  • basées sur le risque : le niveau de risque pour la santé d’une personne doit être pris en compte. Une application interventionnelle comme une calculatrice de dosage de drogue, par exemple, comporte plus de risques et nécessite une évaluation plus détaillée qu’un outil de suivi de la condition physique.
  • favorables à l’innovation : les évaluations ne doivent pas freiner l’innovation ni alourdir le travail des développeurs. Elles doivent encourager le développement continu et l’avancement d’applications efficaces.
  • ouvertes, transparentes et justes : pour garantir son intégrité et son utilité, il faut absolument clarifier la nature de l’évaluation et ses résultats.
  • conformes aux normes éthiques : si une application fait partie d’une étude de recherche, il faut s’assurer que soient respectées les lignes directrices de l’éthique de recherche sur les êtres humains.
  • informées sur le plan international : vu le nombre considérable d’applications développées et distribuées partout dans le monde, le processus d’évaluation doit s’accorder avec les cadres internationaux favorisant l’utilisation à grande échelle.

ÉLABORATION DU CADRE D’ÉVALUATION

En novembre 2016, la CSMC et l’IRSC ont réuni divers groupes d’intervenants de partout au Canada : utilisateurs et développeurs d’applications, prestataires de soins de santé, défenseurs de la santé mentale, personnes ayant vécu des problèmes de santé mentale, décideurs et chercheurs.

Après discussion, ils sont parvenus à un consensus sur les principes directeurs et les critères à inclure dans un cadre canadien pour l’évaluation des applications en santé mentale. Ce document reflète les résultats de cette discussion, consolidant certains termes convenus pour en faciliter l’utilisation.

Formulaire de rétroaction

Salut! Merci d’avoir consulté cette ressource. Nous serions ravis que vous partagiez un peu plus d’informations sur vous-même et sur la façon dont vous êtes arrivé ici (Quel type d’informations recherchiez-vous ? Cette ressource vous a-t-elle aidé ?). Cela nous aidera à créer un meilleur contenu à l’avenir. Merci!

Veuillez noter que:

  • La participation à la présente enquête est volontaire.
  • Les renseignements recueillis seront uniquement et exclusivement utilisés par la Commission de la santé mentale du Canada afin d’améliorer la qualité de ses documents.
Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel

Avis de non-responsabilité

Vos commentaires seront uniquement utilisés à des fins de rétroaction. Merci pour votre participation à notre programme de rétroaction.

This field is for validation purposes and should be left unchanged.
« Sur le même theme »
L’intelligence artificielle (IA) est de plus en plus utilisée en soins de santé, où elle a le potentiel d’améliorer les soins, de changer la façon dont ceux-ci sont prodigués et...
L’intelligence artificielle (IA) en médecine a été caractérisée comme étant un élément important ayant le potentiel de changer la façon dont les soins de santé sont prodigués. Au Canada, l’intérêt...
Objectif Le fardeau imposé par la maladie mentale est lourd parmi les personnesvivant au Canada. Environ un Canadien sur cinq est touché par des problèmes de santé mentale au cours...