Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Santé mentale et usage de substances pendant la pandémie de COVID‑19 : le revenu, l’emploi et l’accès

Santé mentale et usage de substances pendant la pandémie de COVID‑19 : le revenu, l’emploi et l’accès

La COVID-19 continue de provoquer de graves répercussions sur la santé mentale et l’usage de substances, en particulier chez les personnes à faible revenu ou sans emploi.  

Un nouveau rapport issu d’une série de sondages, qui ont été menés par la firme Léger et commandés par la Commission de la santé mentale du Canada et le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances, montre les effets néfastes disproportionnés de la COVID-19 sur les personnes qui disposent d’un faible revenu, qui sont sans emploi ou qui ont récemment perdu leur emploi.

Le sondage, réalisé auprès de plus de 8 500 personnes au Canada, donne également un aperçu des répercussions de la pandémie sur les personnes ayant des maladies mentales ou des problèmes de consommation de substances préexistants.

Principales constatations :

  • Les personnes à faible revenu et celles qui étaient sans emploi/mises à pied ont déclaré avoir une consommation élevée de substances et des taux plus élevés d’anxiété, de dépression, de pensées suicidaires.
  • Une personne sur quatre ayant un faible revenu ou étant sans emploi/mise à pied a déclaré que sa situation financière constituait un des principaux facteurs stressants pendant la pandémie, contre une personne sur sept dans la population générale.
  • Les personnes à faible revenu et celles qui sont sans emploi/mises à pied ont été confrontées à davantage d’obstacles pour accéder à des services de santé mentale et de traitement en lien avec l’usage de substances.
  • Les obstacles auxquels cette catégorie de personnes est le plus fréquemment confrontée sont les contraintes financières, l’absence d’une aide facilement accessible, le manque d’informations sur la manière d’obtenir de l’aide et les endroits pour y avoir accès, ainsi que les longues listes d’attente.

D’autres rapports de cette même série

Santé mentale et usage de substances pendant la pandémie de COVID‑19 : Premier rapport sommaire

Santé mentale et usage de substances pendant la pandémie de COVID‑19 : le genre et à la taille du ménage

Formulaire de rétroaction

Salut! Merci d’avoir consulté cette ressource. Nous serions ravis que vous partagiez un peu plus d’informations sur vous-même et sur la façon dont vous êtes arrivé ici (Quel type d’informations recherchiez-vous ? Cette ressource vous a-t-elle aidé ?). Cela nous aidera à créer un meilleur contenu à l’avenir. Merci!

Veuillez noter que:

  • La participation à la présente enquête est volontaire.
  • Les renseignements recueillis seront uniquement et exclusivement utilisés par la Commission de la santé mentale du Canada afin d’améliorer la qualité de ses documents.
Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel

Avis de non-responsabilité

Vos commentaires seront uniquement utilisés à des fins de rétroaction. Merci pour votre participation à notre programme de rétroaction.

This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

De l’anxiété et de la dépression au stress associé à la pandémie, la COVID-19 a exacerbé les besoins en santé mentale de la population du Canada. Bien que la recherche...

En plus d’être à la fois courants et coûteux, les problèmes de santé mentale au Canada n’ont fait qu’augmenter durant la pandémie de COVID-19. Pourtant, en raison du manque de...

La pandémie a eu une profonde incidence sur la santé mentale et le bien-être des personnes travaillant dans les secteurs de la vente au détail et de l’hôtellerie. Lors de...