Si vous êtes en état de détresse, veuillez texter MIEUX à 741741 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Accueil › Ressources › Conseils pour empêcher la retraumatisation

Conseils pour empêcher la retraumatisation

Lors d’une pandémie, un ou plusieurs travailleurs peuvent vivre un événement traumatisant à l’intérieur ou à l’extérieur du milieu de travail. Des études montrent qu’offrir du soutien psychologique aux travailleurs à la suite d’un événement traumatisant peut contribuer au rétablissement.

Les organisations peuvent avoir recours à une forme de verbalisation plus informelle (souvent avec ou sans la permission du récepteur) ou à la verbalisation planifiée (réunion formelle pouvant comprendre du soutien individuel ou par les pairs). Dans les deux cas, le processus ne doit pas causer un nouveau traumatisme.

Les conseils suivant peuvent vous aider à empêcher la retraumatisation lorsque vous discuter un événement traumatisation au travail. Ils font parti de nos Lignes directrices pour aider les employeurs à traverser la crise de la COVID-19.

CONNAISSANCE DE SOI

Soyez conscient que les histoires que vous vous racontez peuvent créer un traumatisme pour quelqu’un d’autre.

AVERTISSEMENT

Permettez à la personne de se préparer. Voulez-vous juste déblatérer, parler à quelqu’un officiellement, ou avez-vous besoin d’organiser une rencontre?

CONSENTEMENT

Demandez. La personne pourrait ne pas être prête à entendre ce que vous avez à dire. Donnez-lui la chance de consentir, prévoyez un moment et un endroit plus appropriés ou adressez-vous à quelqu’un d’autre.

DIVULGATION LIMITÉE

Décidez de la quantité à partager, à commencer par la partie la moins traumatisante. Il se peut que vous trouviez que vous n’avez pas besoin de tout dire.

SOYEZ PATIENT. GUÉRIR PREND DU TEMPS.

Vous ne pouvez pas presser la guérison, peu importe quand le traumatisme a eu lieu. Soyez conscient de cela pendant vos conversations.

NE LA FORCEZ PAS À PARLER

Demander à quelqu’un de parler d’une situation terrible, c’est lui demander de revivre l’expérience et ses émotions négatives. Certaines personnes ne sont pas encore prêtes à s’ouvrir.

Formulaire de rétroaction

Salut! Merci d’avoir consulté cette ressource. Nous serions ravis que vous partagiez un peu plus d’informations sur vous-même et sur la façon dont vous êtes arrivé ici (Quel type d’informations recherchiez-vous ? Cette ressource vous a-t-elle aidé ?). Cela nous aidera à créer un meilleur contenu à l’avenir. Merci!

Veuillez noter que:

  • La participation à la présente enquête est volontaire.
  • Les renseignements recueillis seront uniquement et exclusivement utilisés par la Commission de la santé mentale du Canada afin d’améliorer la qualité de ses documents.
Acceptez-vous que l’on communique avec vous d’ici 3 à 6 mois afin d’effectuer une enquête de suivi?
Dans l’affirmative, veuillez fournir une adresse de courriel

Avis de non-responsabilité

Vos commentaires seront uniquement utilisés à des fins de rétroaction. Merci pour votre participation à notre programme de rétroaction.

This field is for validation purposes and should be left unchanged.

PARTAGEZ CETTE PAGE

Sur le même thème

dividuals in the media, marketing, and communications industry in Canada.

De l’anxiété et de la dépression au stress associé à la pandémie, la COVID-19 a exacerbé les besoins en santé mentale de la population du Canada. Bien que la recherche...

En plus d’être à la fois courants et coûteux, les problèmes de santé mentale au Canada n’ont fait qu’augmenter durant la pandémie de COVID-19. Pourtant, en raison du manque de...